D’humeur aphérèse…

… en pensant à l’expression “Les ricains”. Ca vient de “Américains”. Et on a enlevé le début du mot.

C’est très péjoratif, limite insultant. Il n’y a pas trop d’équivalent dans la même pureté de sens pour les français. Les “froggies”, c’est pas très méchant. On bouffe n’importe quoi chez les français.

Eux, les froggies. Nous les ricains.

C’est comme si on appelait Charles-Hubert, du jour au lendemain Arlubert sans rien lui demander. Toute sa vie il se fera appeler Arlubert, et il n’y pourra rien.

Eux ils ont l’expression “les gringos”, et nous on a les… euh je ne trouve pas.

Salut El Gringo, on t’a trouvé un café ma qué il faut qué tu goûtes. Très méprisant aussi.

Donc apparemment on se fout mieux de la gueule des américains que le contraire. Mais c’est démontré ou pas ça ? Où en est la recherche là-dessus ?

« Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend »

« Son crâne était tout vert comme un bois qui se fend »

Pas mal Hugo !

Pour finir sur le sujet :

« Une régulation phonique », pour une clé d’étranglement réalisée par un policier et notamment destinée à atténuer les cris d’un contrevenant. Elle fait partie de ma collection des doux euphémismes.

 

Finalement, “ricains” est de la famille aussi.

Enfin, nous français on a aussi nos tares. On se sent tellement au-dessus de l’auge à cochons, qu’on désigne le petit coin par l’expression WC venant de l’anglais “Water-closet”, mot qui lui-même est employé pour éviter de dire que l’on parle du petit coin. Et moi aussi j’écris petit coin au lieu de petit coin. On a piqué aux ricains pleins d’excellentes idées de langage en y remettant une nouvelle couche de polish. Alors quand on s’insurge de l’explosion des mots anglais dans notre vie de tous les jours, ça me fait flipper.

Trop top sexy.

 

 

 

Vous pouvez suivre les réponses de cette publication via le fil RSS.
Vous pouvez aller à la fin et laisser une réponse. Pings non autorisés.

One Response to“D’humeur aphérèse…”

  1. admin dit :

    EDIT : “éphérèse”, pas “aphérèse”… Tout est une question de phérèse en tout cas…

Commenter