Archives

Articles pour le mot-clé ‘tête’

Je suis pas un gros buffon

Le style est l’homme même.

Le ptit Buffon n’était certes pas une tête de la classe, mais il pouvait te damer la tête en cinq syllabes.

La figure de style, définition :

Une figure de style, est un procédé d’expression qui s’écarte de l’usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos.

Euphémisme pour dire que le copain qui te parle toujours avec des mots louches et des tournures à la limite du ridicule, qui te met dans des situations humiliantes, sans que tu puisse te figurer avec certitude si oui ou non il se moque de ta gueule sur ce coup parce qu’il est plus brillant, bref ce gars-là, lui, il a du style, il est style.

J’en connais beaucoup qui en manquent, mais le monde oppose proies et prédateurs. Il y a dans le second camp ceux qui utilisent leur intelligence au quotidien pour prendre du recul, et dans le premier ceux (et celles) qui l’utilisent pour tenter de percer l’intelligence des autres.

Alors évidemment, j’en viens à tenter de puiser, dans mon propre style d’écriture, des explications sur ma propre personne, sur mon moi.

Comme par exemple j’adore placer sur une chaise un coussin péteur et attendre que la personne s’assoie, avec cette façon d’atteindre si facilement la jouissance, rien qu’au bruit que font des fesses libérant une bouffée de gaz provenant de la propre fermentation butyrique  dans mon système digestif, ça pourrait laisser imaginer que j’ai une tendance à faire dans la scatologie, idiotie, puisque le copain en question, qui a ce que j’appellerais tout de même un trouble, et bien ce trouble de l’oreiller farceur, le copain il rêverait de remplir la bouche d’une blonde aryenne bien connue de son urée, et qu’elle s’en gargarise. Et puis, cette histoire, ce n’est même pas vrai. Je m’en dédis d’autant qu’il est abonné à mon flux RSS, et qu’il perd une heure par jour à tenter de suivre mes élucubrations (rappelle-toi, lecteur, des proies, et des prédateurs).

Mes recherches introspectives ne m’ont donc rien apporté, si ce n’est moins d’espoir de comprendre, tout simplement.

 

Lisons, aimons, rions

A ce moment, un musicien bavarois à grands cheveux, que protégeait la princesse de Guermantes, salua Oriane. Celle-ci répondit par une inclinaison de tête, mais le duc, furieux de voir sa femme dire bonsoir à quelqu’un qu’il ne connaissait pas, qui avait une touche singulière, et qui, autant que M. de Guermantes croyait le savoir, avait fort mauvaise réputation, se retourna vers sa femme d’un air interrogateur et terrible, comme s’il disait: “Qu’est-ce que c’est que cet ostrogoth-là ?”. La situation de la pauvre Mme de Guermantes était déjà assez compliquée, et si le musicien eût eu un peu de pitié de cette épouse martyre, il se serait au plus vite éloigné. Mais, soit désir de ne pas rester sur l’humiliation qui venait de lui être infligé en public, au milieu des plus vieux amis du cercle du duc, desquels la présence avait peut-être bien motivé un peu sa silencieuse inclinaison, et pour montrer que c’était à bon endroit, et non sans la connaître, qu’il avait salué Mme de Guermantes, soit obéissant à l’inspiration obscure et irrésistible de la gaffe qui le poussa – dans un moment où il eût dû se fier plutôt à l’esprit – à appliquer la lettre même du protocole, le musicien s’approcha davantage de Mme de Guermantes et lui dit : “Madame de Guermantes, je voudrais solliciter l’honneur d’être présenté au duc.” Mme de Guermantes était bien malheureuse. Mais enfin, elle avait beau être une épouse trompée, elle était tout de même la duchesse de Guermantes et ne pouvait avoir l’air d’être dépouillée de son droit de présenter à son mari les gens qu’elle connaissait. “Basin, dit-elle, permettez-moi de vous présenter M. d’Herweck.”
– Je ne vous demande pas si vous irez demain chez Mme de Saint-Euverte, dit le colonel de Froberville à Mme de Guermantes pour dissiper l’impression pénible produite par la requête intempestive de M. d’Herweck. Tout Paris y sera.
Cependant, se tournant d’un seul mouvement et comme d’une seule pièce vers le musicien indiscret, le duc de Guermantes, faisant front, monumental, muet, courroucé, pareil à Jupiter tonnant, resta immobile ainsi quelques secondes, les yeux flambant de colère et d’étonnement, ses cheveux crespelés semblant sortir d’un cratère. Puis, comme dans l’emportement d’une impulsion qui seule lui permettait d’accomplir la politesse qui lui était demandée, et après avoir semblé par son attitude de défi attester toute l’assistance qu’il ne connaissait pas le musicien bavarois, croisant derrière le dos ses deux mains gantés de blanc, il se renversa en avant et asséna au musicien un salut si profond, empreint de tant de stupéfaction et de rage, si brusque, si violent, que l’artiste tremblant recula tout en s’inclinant pour ne pas recevoir un formidable coup de tête dans le ventre.

P58, Sodome et Gomorrhe, Marcel Proust

10^-8 point

On a un nouveau ministre des finances qui apparemment ne parle très bien anglais du tout :

(c”est tronqué ! Remboursé ! Dans ce que j’ai vu, la porte se referme et tout le monde crie d’un ménage d’horreur et d’indignation ! Alors, fais ce effort de garder cela en tête avant de lire la suite)

(EDIT : voilà une vidéo plus complète, mais on ne voit pas la porte qui ajoute au comique !)

Je n’ai jamais été aussi amusé par l’UMP à cause de l’un de ses éléments.

Et je ne m’y trompe pas puisque le fait divers en question a été baptisé par les médias “La Bonne Blague de Baroin”.

Je ne sais pas si tu t’en rends compte, mais ce micro-évènement est déjà gravé dans l’histoire politique de France au rayon “Bonne Blague”, une blague qui est bonne, bonne. Il a comblé son bon petit vide politique, le temps d’une journée de moins à tirer à gouverner la France d’une manière que je ne qualifierais pas pour des raisons qui ne me regardent pas.

J’applaudis à deux mains cette répartie à froid et par surprise comme un missile air-sol façon mawashi gueri dans la gueule. Il ne répond bien sûr pas à la question de la journaliste, mais en plus lui envoie dans sa face un Scud à tête chercheuse programmé sur son cul.

Et les éclats de rire piégés sont liberés de manière soutenue.

Il n’attend aucune réplique de l’adversaire mise hors d’état de nuire. Il quitte le pupitre officiel précipitamment la salle et ouvre la porte de sortie. C’est alors que la rieuse à éclats meute de journalistes sur sa faim se mettent à meuglent dans un chaos de mots : “restez, j’ai une question, vous ne pouvez pas partir, vous nous devez le compte-rendu du conseil des ministres”. Ben si, d’ailleurs la porte se reclaque déjà dans la stupeur générale. Encore une fois, quelle fameuse et géniale effronterie Monsieur Baroin.

Mais un conseil si je me le permettais, si c’était à refaire, ne séchez pas les cours d’anglais, ça aurait servi le sens politique. Et un peu de nerf que diable, maintenant que DSK est out.

Je suis prêt

Il est des jours où l’on plus un fait des sauts sur une échelle indéfinie. Un bon plus qu’un progrès. Un moment volé à l’éternité. C’est en résumé ma journée, aujourd’hui. J’ai gravis moultes marches infimes.

T’aimes la musique de Manchester ? Tu connais Tony Wilson ?

Est-ce que c’est vraiment la photo de Susanna ? Bon, j’admets le degré mineur de cette question, mais quand même.

Et je vais terminer sur le ridicule de Man vs Wild. Le gars est payé pour bouffer des scorpions et autres grenouilles. C’est le pire des métiers quand on a quelque prétention en goût. Je ne me dis que trop souvent que je préférerais mourir plutôt qu’être forcé de devoir épancher ma soif grâce à une providentielle panse de chameau mort. Et la pauvre grenouille dont on venait d’apprendre l’espèce exacte, qui se retrouve la tête dans l’estomac de Bear et le reste du corps dans sa main droite ? Et les pauvres gens qui se plaignent auprès de la chaîne Discovery que certaines scènes ont l’air trop planifié… et la même chaîne qui décide de rééditer des numéros déjà passés pour les “sauvagiser” davantage. Mais pour quoi faire nom d’un castor ? Et inutile de télécharger l’intégrale, il n’a pas encore mangé de ce sympathique mammifère.

Incroyable, je pense à la scène du film où Buster Keaton se prend un pan de mur sur la tête, mais ne s’en rend même pas compte et en sort indemne. Je pense donc à cette scène, et là juste à la télé je la vois dans un reportage sur la crise financière !

Projet BD

Un copain m’a mis dans la tête il y a quelques mois l’idée d’un projet qui me plaît bien. Partir d’une collection de bandes dessinées et fabriquer un nouvel album non validé par l’auteur. Cela a déjà été fait à ma connaissance pour Tintin, on appelle cela les “Tintins Pirates”. La commercialisation d’un “remix original” est interdite sans l’accord des héritiers, mais on ne va pas s’arrêter à cela bien sûr. Nous, on veut faire un Astérix pirate. On a tous les albums scannés et un embryon de scénario, on a une liste de noms pour les protagonistes de l’histoire. Je ne vais pas détailler le synopsis. Je vais par contre tenter en direct live d’écrire un scénario tout neuf.

Ne laisse jamais tomber le triangle

On aimerait tous être Fremen. Je regardais juste un remake de Dune de 2000 et je me disais que les réalisateurs n’ont vraiment rien compris à l’oeuvre. Vraiment, quelle idée de dépeindre Jessica, la mère de Paul, Bene Geserit de son état, en petite trouillarde pleurnicharde. Ils ont fumé, c’est pas possible de faire une telle coquille ! La fille elle s’écrase dans le désert à cause d’une tempête avec des vents de 800 kilomètres heure, elle s’endort sur le sable, et se réveille après sans un seul grain de sable sur elle… Et maintenant elle gerbe ! Mais jusqu’où cela ira-t-il ? Mon coeur en défaille…  Maintenant elle fait tomber son fils d’une dune.
Mais bon, être Fremen, c’est aussi faire bouillir les cadavres et recupérer l’eau de la bidoche, le tout en psalmodiant des mots abscons. Non, je déteserais être Fremen.
Ce que je retiens, c’est qu’il y a moyen de commercialiser des bouteilles d’eau minérale contenant l’eau du cadavre de untel people. Plus généralement, pourquoi n’y a-t-il pas un commerce des parties de corps des célébrités ? Je payerais cher pour acquérir le scal de Rita Hayworth. Ces stars ne sont  vraiment pas philantropes. Qu’est-ce qui loes empêchait de mettre une close spécifique dans le testament pour commercialiser ses mains momifiés ou sa tête caramélisée, le tout pour recueillir des fonds pour contribuer à l’équilibre des richesses dans le monde.

Et puis, plus généralement, l’histoire de Dune ne tient pas un instant. Qu’est-ce qui empêchait les Fremen de payer la Guilde pour de l’eau douce ? Le Fremen, pour enfin clore le sujet, c’est le concon de l’histoire.

Je pensais à une jolie définition de l’art moderne. Bunuel et Dali avec le Chien Andaloux ont atteint le paroxysme artistique. Ils ont revendiqué un résultat sans queue ni tête dont les interprétations que l’on en fait sont forcément la mauvaise explication du pourquoi du comment du film.

Mince je passe mes soirées à regarder des histoires humaines dans les films et séries. Je regarde hypnotisé des gens prétendre qu’ils sont quelqu’un d’autre dans un univers imaginaire développé dans un roman.

TIens, j’ai une idée pour une société équitable, développée, riche. L’élevage politique. On engraisse un bébé en lui inculquant le respect des lois et l’amour de son prochain. A la puberté, on lui donne plein pouvoir pour un mandat non renouvelable.Et l’on ne peut remettre en question ses décisions.

Je traitais des concons tout à l’heure. C’est un peu le fonctionnement du moteur de recherche de Google. Plus le site a de liens HTML vers lui, plus il est pertinent. Une pauvre page faisant un lien vers la première, elle-même n’ayant pas un seul lien pointant vers elle, elle ne compte pratiquement pas. Mais si il y a mille pages insignifantes du même genre, ça compte beaucoup sur le poids de la page ! Googoo est donc nomminé au César d’honneur du concon.

Délinquence à la mode

Je regardais un reportage sur la violence dans les transports urbains. Le gars qui assiste à une agression et qui intervient pour porter secours à la victime, se prend un gros coup sur la tête asséné par un complice qu’on n’avait pas vu. Le gars il faisait partie du plan des voyous, ils l’ont vu et se sont dit : “c’est lui qui va nous casser les couilles, c’est toi qui va lui mettre un coup sur la gueule quand il bouge un poil “. Quel génie…

Le gars il a donné huit coups de couteau et il dit “j’voulais pas l’tuer”. Il y a des choses qui ne trompent pas. Et les braqueurs du métro, pour les retrouver, les flics n’ont eu qu’à se promener justement dans le métro. Les gars ils n’avaient qu’a arrêter un moment de prendre les transports en commun, mais ils ont pas pu. Ils vivent dans les transports en commun. Ils ne payent pas bien sur pour utiliser le réseau régional. Ils se laissent divaguer, emporter dans les tunnels. Ca doitr rendre un peu dingo tout ça. Un gars il s’amuse à faire semblant de voler une pauvre dame sur le quai. Celle-ci qui sursaute comme un cabri alors qu’il s’en va en ricanant. .Magnifique, du travail d’artiste.

Tiens je vais lancer une chaîne télé avec deux chaînes de manière alternée. Pas 12 heures, pas dix minutes, mais 1 seconde. Quand tu regardes cette châine pendant une heure, tu as donc regardé 30 minutes de chacune des chaînes, une seconde sur deux chaque. Une chaîne pourrait par exemple décider de passer elle aussi en bisynchrone inversé et donc diffuser des émissions qui, une fois le flux vidéo récolté par l’internaute et monté, deviendrait une chaîne classique. Ce canal serait celui des geeks car il nécessiterait une opération pour être appréhendé. Le cryptage ultime.

Est-ce quil t’est déjà arrivé de confondre Rip Torn et Tor Johnson ?

Qu’est-ce que le début de la richesse ? Moi je dirais que c’est d’avoir une équipe travaillant sur le choix de ma prochaine voiture, véhicule qui changerait pour chaque déplacement bien sûr. C’est d’avoir une collection de tous les véhicules jamais manufacturés. Cette énorme bibliothèque de voitures, motos et véhicules utilitaires ferait rêver tout alien anthropologue. Imaginez, la collection complète des engins de transport, chantier, agriculture, travaux, sécurité, santé, officiels… Allez la promo du mois c’est que si on s’abonne sur 24 mois on a en plus et sans supplément les addons Full Aeronefs&Rockets, Boats, Monuments&Weapons, Nature&Space, Art, Science, Bonnes Femmes&Autres Légendes et Diseases&Pervertions. L’abonnement donateur généreux vous permet de recevoir gratuitement sur votre iPhone la version Platinum comprenant toutes les collections dont Jeux&Vie, Religion&Asministrations, et surtout Filles Bandantes&PetFriends.

La souscription à l’offre Gold Platinum Best Partner vous permet d’acquérir les extensions à peine sorties, à savoir Humor&Politic, Wars&Starvation, Drink, Food&Drug, Languages&Believes, Sport&Yachting, Real Estate, Ads&Stock Exchange, Manufacture&Bad Arts, Education, Suffering and Medias, ainsi surtout que le très recherché the Supreme Guide of the titis. Ce pack s’appelle

世界,

soit Le Monde plus vulgairement. Mais c’est trompeur car les addons Partage&Respect, Equité&Justice n’ont pas été développés pour des raisons économiques (inutiles et dépassés).

Et de quoi parle-je, de tout simplement la reproduction de la machine par la machine. Le prochain modèle aura pour objectif de simuler le premier engin à fabriquer l’article choisi dans le catalogue. Moi, je dis ça, c’est juste pour aider et proposer une méthodologie des coiffeurs pour faire des économies.

Fatalement, les données étant maintenant sauvegardées au niveau mondial, l’humanité ne disparaîtra jamais. Ma prédiction est qu’il viendra un jour où l’on se posera cette question : nous allons enregistrer tout ce que nous sommes numériquement et le partager. Nous pourrons compiler ce genre de collections. Nous serons capable de manufacturer une Lamborghini Coutach LB500S en un tour de main et de la livrer testée, avec le plein, et une caisse de trois Shlurdz 399.

L’agent de police lunaire, il met un énorme coup de pied dans l’entrejambe pour rester correct et tout public à un alien forcené, et à ce moment son partenaire lui crie “c’est un Ulwak, il a une capuche !”. Le policier enlève donc la capuche du suspect extraterrestre, et donne subitement un gigatesque coup de pied dans le bas de sa machoire, car il faut savoir que les Ulwaks portent leur bourse pendante au menton. Quel gag…

Tiens j’insérerais bien une photo dans chaque post

Tout compte fait, je suis peut-être un rappeur. Je passe mon temps à parler de moi, de mes succès et de mes échecs. Un peu plus et je me vanterais de ma diction mitraillette qui fait mouiller les bimbos. Voyons, je dois me surveiller. Même si je n’ai fichtre aucune idée pour avancer, il faut au moins que je fasse un peu rêver.

Je me bats à longueur de temps pour tâcher de me recentrer sur mon coeur de métier, à savoir la musique. Je ne pratique plus pourtant depuis de longues années, et je n’ai de cesse de le déplorer.

Tiens je vais me mettre au défi d’avoir un pensée originale qui n’a jamais été imaginée auparavant. Un truc neuf. Alors, quel serait mon message? Je garde cette idée quelque part dans ma tête pour plus tard.

Tiens j’ai découvert une hantise qui me taraudait gentiment depuis pas mal de temps. Il s’agit de ma façon d’écrire et de l’élément syntaxique “!”. Faut-il ou non mettre un espace avant ? Fi! Fi ! Moi j’ai opté une bonne fois pour toutes pour Fi !

Je crois que ce soir j’ai atteint des sommets inviolés dans l’absurdité de la publicité à la télé. Je suis en train de regarder le dernier show d’Anne Roumanoff sur M6, et dan ‘écran pub, il y a un spot sur le dernier spectacle d’Anne Roumanoff en DVD. C’était typiquement le pire endroit pour placer cette pub pour lui assurer un impact maximal.

Bref, c’est un cas d’école. Tu vends le DVD sur le sujet S, et tu places ta pub dans une coupure pub du même sujet S. CQFD.

Quelle honte quand même…

DSK d’après cette Anne, c’est tu viens, je te nique, tu disparais. Le prédateur parfait. Quelle réputation !

Je viens subitement de prendre conscience que la musique constituait pour beaucoup un faisceau des possibles de construire l’humanité. Je m’explique. On construit sa vie selon un plan qui finalement sera similaire probablement à celui d’un groupe d’individus partageant la même culture. La musique constitue pour eux l’ultime ramification subtile de cet arbre de la construction humaine. Pour eux, car je considère qu’au contraire la musique n’est pas une entité dans une chaîne. Elle ne peut que s’inscrire dans l’universel. C’est à cet effort que l’on domestiquera la musique pour mieux la libérer. Je comprends donc mieux maintenant pourquoi les “gens” sont si attachés aux conventions musicales. Mes morceaux ne permettent certes pas de les détacher de ce système de pensées. Je crois que je vais recycler cette vieille idée, à savoir “ une oeuvre, un titre “. Le titre, donné par l’artiste pour baptiser son oeuvre, permet de placer le contexte conceptuel en quelques mots, et éventuellement par une liste des matériaux employés (mais qui selon moi ne changent pas la perception de l’oeuvre en général). C’est presque un tweet qui prouve que l’oeuvre a un langage est que sa pierre de rosette est un SMS.

Me concernant, je n’emploie aucune expression ou allusion matérielles dans mes titres. Je peux le faire, mas ce serait par cynisme. J’avoue apprécier l’idée de donner un nom issu de mon imaginaire pur, et d’avoir ensuite tout le temps de réfléchir à son sens. Je l’ai fait et je le referai. Et après tout, l’imaginaire fou, c’est mon dada… J’en ai presque fait à un moment mon fond de commerce.

.

Allez je vais le faire ce sketch. Je m’y mets lundi juré.

Si vous le faites, on le fait

C’est drôle, je sors toujours ces titres d’on ne sait où. Ils n’ont ni queue ni tête, ni même rapport entre eux. A moins que ? Bon, voilà, ça me définit bien. J’ai une pensée obscure, indomptée, presque sauvage. Elle cavale et se divise en se fragmentant. Si j’avais un objectif, un point fixe qui subordonnerait tout ce bordel, j’aurais déjà sorti plusieurs albums et écrit une dizaine de livres. Mais au lieu de cela, je me bats continuellement contre moi-même à tâcher sans succès de me structurer davantage. Je m’éparpille trop et souvent cela me détourne de l’essentiel.

Je sens que demain je vais faire un super petit film pour mon site. Si tout le monde est d’accord pour ne pas distribuer les cartes pendant 10 minutes, ça risque de donner. Réponse ici même la semaine prochaine.

Purée, dans les reportages, ils floutent jusqu’à la musique de la boîte de nuit. Je viens d’en avoir la preuve, car la musique en question, c’était Smell like teen Spirit, et là j’ai reconnu les transformations faites.

Tiens je vais développer un outil de gestion de la croissance de la population. Partant de par exemple un million d’habitants sur terre, le tout avec moultes paramètres comme l’âge du décès, l’âge des reproductions éventuelles, le nombre d’enfants, le sexe. Je lance la machine sur mille ans et je regarde combien cela donne. J’avais déjà fait un calcul, je choisis plutôt deux mille ans an, car à cette vitesse démographique, on n’aura plus un mètre carré chacun pour vivre sur terre. Avant l’an 4000, il y aura de grands changements ! Mais mes lecteurs le savent déjà.

Bon bon bon, ça avance on dirait, sisi. J’ai pris conscience que ces posts sont temporaires et qu’il viendra un temps où ils ne seront plus que des souvenirs. Plus rien à y ajouter, je serai passé à du neuf. Il me tarde, évidemment !

Il s’en bouscule dans ma tête

Comme d’habitude, je pars dans tous les sens et je ne m’en plains pas !

Tu peux citer les 5 membres de la famille quEdika dessine sans cesse dans ses 33 volumes (bon pas dans tous hein) ?

Ces questions permettent de faire quelque liant entre des paragraphes qui sans lui appaîtraient encore plus brouillons et destrcturés. C’est une ruse d’écrivain, je l’ai peut-être inventée dans cette forme, mais bon. Ce n’est pas là l’essentiel, mais bien les idées elles-mêmes.

Donc d’après un écrivain en vogue, la carte apporte parfois plus que le territoire. C’est pour moi une évidence comme enfoncer une porte ouverte. Il est évident que par exemple l’histoire est plus intéressante que les vies de la multitude infinie de seconds rôles qui la constituent. Le résumé illustré vaut souvent mieux que l’oeuvre, ou encore la vie d’un peintre a souvent plus de valeur que les peintures de son oeuvre. L’art fait se superposer l’art et son démiurge. Du religieux, il est actuellement au plus proche du pécheur. ET c’est mieux comme ça pour le moment. J’ignore comment sera dépassé l’art contemporain puisqu’il a tué l’art en ayant vraisemblablement exploré toutes les niches, toutes les voies en friche en moins d’un siècle. Il se dilue encore aujourd’hui jusqu’à rendre chacun de nous un artiste potentiel qui a des idées à exprimer. L’âge d’or de la découverte et des baptêmes est révolu. Nul n’inventera un nouvel art qui ne soit un chemin déjà emprunté. Cette prise de conscience est intolérable, et bien qu’elle tienne bien la route je ne peux l’accepter contre toute logique. L’humanité parachève la découverte de son microcosme. Internet catalyse notre savoir, fait bouillonner nos idées en les métisse à l’envie. Mais notre monde n’est pas le monde l’état de la science, par son incomplétude, Comme dit Brigitte Bardot, on sait si peu de choses…

Je reste persuadé qu’il existe près de nous des continents vierges qui ne demandent qu’à être découverts. Je vais une nouvelle fois reprendre mon exemple récurrent de la mer. Pour faire court, la musique de la radio, c’est la surface de l’eau et une couche de profondeur variant de zéro (je ne cite personne), à quelques metres (je ne citerais que moi si j’étais convaincu d’être le seul en l’espèce, et je citerais encore moins une radio prétendant atteindre cette altitude négative puisque je n’écoute pas la radio).

Je constate par ces lignes en me relisant que la musique m’obsède car elle constitue une porte de sorte potentielle, probablement la seule (voir article du 30 septembre). Mon salut viendra de ces observations que j’effectuerais dans les abysses océaniques.

Mais une plongée se prépare méticuleusement. La pression est à la limite du soutenable, la respiration difficile, l’on en revient strictement jamais indemne..

T’as vu le film ou Hitler est un homo tantouse avec des boucles d’oreille qui joue du blues au piano ?

Crois-tu qu’il existe des gens dont le métier à plein temps est de jouer un monstre dans des films ?

Bon je crois que c’est tout pour ce soir. J’ai froid et j’ai mille choses à faire demain : commander ma copaxone, écrire un article sur les régimes, acheter des piles rechargeables pour la Wii, acheter de quoi anger pendant le train, poster ma lettre pour créer ma boîte, supprimer et recréer une partition sur le PC de la titi, relancer GGP, ranger l’appart, et bien sûr prendre une douche, aller à la Poste récupérer deux colis, relancer mon banquier pour qu’il ferme mon putain de compte qui me coûte 8 euros par mois, relancer Bouddha pour qu’il ait la gentillesse de me prêter les clés de son parking pour JP (important!), finir mon outil de gestion d’URL pour le black hat, acheter la licence WPRobot pour Amazon, répondre à Susanna, descendre les bouteilles, ranger la cuisine, préparer les jeux pour mercredi, et j’en oublie ! Là bien sûr, je décris la journée idéale sur le point de vue administratif et organisationnel. Si j’en fais la moitié, ce sera pas si mal.

Ma mère aurait pu être Grace Slick des Jefferson Airplane…

Je me demande si toutes les nouvelles idées que je développe si naturellement chaque fois que je me mets derrière mon clavier sont vraiment novatrices, ou si je les ai déjà formulées dans ma tête, et que je me contente de les figer par les mots. Je suis convaincu que certaines d’entre elles m’ont taraudé des centaines de fois dans mon subconscient. Elles me hantent à ce point que j’y réfléchis jusqu’à l’obsession, jusqu’au vomissement.

Toujours est-il que l’apparente facilité avec laquelle je couche ces idées ne doit pas cacher le fait qu’il m’arrive comme tout le monde de sécher façon angoisse de la feuille blanche. Mais cela est peur douloureux car je n’ai jusqu’à présent jamais cherché à écrire à tout prix. Je suis donc dépendant de mon inspiration qui vient quand elle vient et que je ne dompte pas.

Je viens de saisir une théorie sur la musique. Il y a beaucoup de musiciens qui composent pour faire passer un message , message qui utilise le média musique pour se transmettre et se propager. Ils ne font pas cela pour l’amour de la musique, mais grâce à une volonté de vouloir asseoir des idées.

Paris est une ville magnifique qui a su triompher du casse-tête urbaniste. Les putes parisiennes fond trois heures de train par jour pour aller tapiner à Amiens.

Dans un interrogatoire de police, le suspect nie tout en bloque. L’inspecteur lui montre un photo, et lui dis “et lui, tu le connais ?” ? Le suspect répond non, l’inspecteur lui montre d’autres photos en lui posant la même question chaque fois. A un moment, le flic lui dis “Non mais attend là, t’arrêtes les conneries, tu la connais cette personne, regarde encore”, “Non, non je ne la connais pas”, “C’est ta photo que je te montre, alors tu vas arrêter maintenant de me raconter des conneries. “

Le flic a confondu la suspecte avec cette grossière astuce qu’on aurait honte de mettre dans un manuel sur la garde à vue.

Pourra-t-on un jour fabriquer un robot fourmi à échelle 1 ? Faire mieux que des millions d’années d’évolution ?

Revenons au manifeste qui me taraude depuis des jours

Revenons au manifeste qui me taraude depuis des jours. Comment fédérer les fins esprits que je me suis en tête de traquer sans en être le chef ? Gasp…

J’avais une idée aujourd’hui. Mais comme mon ex elle est partie…

Il fat que je cesse de médire sur la puissance de notre cerveau. Il arrive assez à faire stresser déjà comme ça non ?

La déclartation optimiste est là, mais où donc ? Elle se crée et réfléchit à son alter ego. Ce n’est pas un secret question stratégie. Ca fait du bien !

Je m’intéresse finalement à notre capacité à inventer des histoires. Je suis touché par l’improvisation vécue. Par les suites aléatoires de mots qui sont dits par des personnes comme moi. Rasoir, atome, fruit, mépris, la, terre, mule,jeu,rouge,vert,blanc (oups), tenet, saillant, Euride, Schwepps, février, flop, capot, Bernard Ménez, UMP, , !!!, bougnat, bruche, corde. Hitler a tué son style de moustache, il a tellement marqué son temps qu’on a encore peur aujourd’hui de porter la moustache comme lui. Si c’est pas du pouvoir ça…

Pourquoi ne peut-on pas parler d’Hitler quand on est pas histoirien ? Qu’est-ce qui fait que l’on ne eut pas aborder neutrement le destin d’un homme ou d’une femme à l’histoire exceptionnelle ? Car je suis désolé, tous les tyrans ont une histoire exceptionnelle en comparaison à l’humain moyen. RIen que cela, cela ne se dit pas parmis mes semblables.

On me fera pas croire que s’intéresser à la vie d’une personne décédée ou non et d’écrire des bouquins et des bouquins dessus, cela puisse être finalement vraiment intéressant et utile. Les chercheurs en histoire ne font que fabriquer des histoires à partir d’informations diverses. Une fois validée, cette histoire s’incorpore à un corps plus grand, celui de noitre histoire. Mais sur le plan de la vérité, qu’est-ce que notre histoire ? Ce n’est qu’une interprétation, aussi il me paraît malaisé de prétendre chercher la vérité dans l’histoire. Partant de ce principe, je préfère penser qu’il est plus reposant intellectuellement de confondre la vérité et l’histoire. Cela facilite le raisonnement, les différences entre les deux ne sont peut-être que de la finesse d’esprit, la taille de cette maille pour comprendre et compulser les informations perçues.

Je suis mon corps, pourtant je tombe malade. Je devrais pouvoir me réparer tout seul, pourtant je ne le fais pas car je n’en suis pas capable. On subit son corps ! On n’en est l’esclave. Et si la porte de sortie c’était de quitter cette enveloppe ?

Nous sommes donc sur l’échelle de l’évolution (si tant est qu”elle existe!) comme une espèce. Une espèce. Ca veut dire qu’on va encore peut-être évoluer dans les prochains millions d’années, bref, on est pas stables. Une autre vie intelligente a probablement dépassé ce débat un peu archaique, convenons-en, pour avoir évolué hors de la nature pour perfectionner non pas sa descendance, mais soi-même ! Je parle là d’une évolution telle que l’espèce puisse se défaire de cette notion de nature.

J’aimerais beaucoup entendre des voix, ça me laisserait dire qu’il y a quelqu’un qui veut me parler. Mais je pense que je serais avant tout terrorisé.

Je ne pourrais jamsi me dire que je suis bien par exemple à marcher pied nu car je ne fais qu’un avec la terre. Je n’ai pas de connexion entre moi et la nature. Je n’arrive pas à m’y intégrer.

J’ai très peur de me mettre à réfléchir à certains sujets. Je me l’interdis et me force à penser à autre chose. La folie m’attire mais je reste sans problème maître de moi. Ca s’appelle de la droiteur d’esprit comme on dit…

J’éprouve des difficultés des choses que je me force à retenir pour plus tard et dont je perds la trace invariablement dès quelques heures passées.

J’ai une très grande clairvoyance. Je vais tâcher de la dompter et de me dire ce que j’ai à savoir. Tu peux changer ? Alors change ! C’est un bon défi pour prouver ma valeur sur les suites aléatoires de mots. Excellent. Tiens j’ai envie de partir, juste là, maintenant. Claquer la

porte et voilà. Heureseuement, la raison est là.

L’argent. Encore un défi, comment sortir de son cadre et trouver un moyen simple d’avoir de l’argent, et au moins vivre décemment et ensemble. L’argent semble bien cadenassé et les faiblesses dans le réseau sont indécelables à mes yeux. Mais si… ?