Archives

Articles pour le mot-clé ‘extr’

Le jeu du soir est…

… de tagger mes posts.

C’est marrant d’un coup j’ai compris ce que voulaient dire les gens qui disent se sentir chez eux. Là je me connecte à l’admin de ce site pour rédiger un post, et tout d’un coup je me sens chez moi. Taper au clavier n’est plus une contrainte. Je connais les URL par coeur, je les tape plutôt que de cliquer sur le bouton proposé.

Je suis chez moi.

En voilà une belle définition de la notion de propriété. Quand tu n’es pas à manger, je t’achète, je t’acquiers et t’intègre dans mon chez moi, mon petit objetmoncule (un objetmoncule est une sorte d’homoncule des objets), mon petit monde à moi qui m’appartient. Peux-être même un jour pourras-tu prétendre à rejoindre mes objets qui gèrent l’intendance et les affaires courantes de mon chez moi ? T’es un iPhone ? Mince, mon téléphone est dans mon chez moi. Voire peut-être même jusqu’à ce que mon chez moi à moi soit mon téléphone.

Bon, je renonce à compléter cet inventaire d’objets allant du porte-clé pas forcément indispensables, aux manoirs que je ne possède pas.

As-tu adopté un porte-clé ? Comment ça c’est passé la première fois ?

Pour ma part je pense pouvoir en trouver facilement plus d’une dizaine sans trop d’effort. Le dernier qui dure depuis quatre ans, c’est mon petit porte-clé 888 en metal. Ca en serait presque un gri gri. Mais ce n’est bien sûre pas celui-ci que je montre publiquement ! (EDIT Janvier 2012 : je l’ai cassé, fini le 888 !)

Sinon je cède au plus offrant le lieu que je cultive sur l’actualité en général. Ça me prend une place folle et ça récompense bien maigrement. Je vais tâcher de me couper du cordon de news. Deplug. Pause. Allez,  tout le mois d’août puisque je ne pars pas. Mais je vais faire des conneries !

Je regardais sur Google, et j’ai fait sans le savoir une recherche extrêmement rare qui ne m’a craché que quatre pauvres résultat.

4

Jean-Ferdinand Kueffstein

http://www.google.fr/search?hl=fr&safe=off&q=%22Jean-Ferdinand+Kueffstein%22&oq=%22Jean-Ferdinand+Kueffstein%22&aq=f&aqi=&aql=&gs_sm=e

Dans ces résultats, je compte trois Wikipédia qui se sourcent TOUTES à l’unique… source :

http://www.deux.fr/encyclopedie/Homoncule_(alchimie)#Le_comte_Jean-Ferdinand_Kueffstein

Ainsi Google ne m’aidera pas à en savoir davantage sur mon poto Jean-F.

Essayons sur Bing, puisqu’ils viennent de déclarer une perte de 2,53 millards de dollars. 36 résultats.

36

Mhhh…

http://www.google.fr/search?hl=fr&safe=off&q=johann+ferdinand+kuefstein&oq=johann+ferdinand+kuefstein&aq=f&aqi=&aql=&gs_sm=e

Ah ben c’est mieux là !

Enfin peut-être que c’est plus grave que ça :

J’ai demandé à Google de traduire “homoncule” en anglais, il m’a répondu “manikin”, qui est en fait le mot pour mannequin anatomique, tu sais, le squelette du docteur ?

Le moteur de recherche n’y est certes pour rien. Les amerloques, même les moins cons, ne savent pas ce qu’est un homoncule. Ils disent homonculus, mot bien sûr savant donc latin, que l’on a francisé faisant balancer culus pour cule. C’est au passage d’une perfidie sans nom. Alors soit les sages de l’époque appliquaient froidement les règles du bon art de l’arithmétique, pour décréter que les mots savants latins doivent non plus s’écrire “lus” à la fin mais “le” en français savant, soit ils avaient du salace, à coup de chansons paillardes élaborées entre potos, Les Compagnons de la Soif, et qu’ils arrivaient, avec toujours un délice plus fort et des crises de rires plus grandes, à faire passer en douce dans la tradition musicale contestataire.

Si je comprends bien mon raisonnement, soit le français est une langue prétentieuse au possible, soit il y a des génies en action quelque part, là, pas loin,  à 1h39 le mardi 2 août 2011.

Ou soit peut-être encore que Google n’est pas savant et qu’il n’est pas foutu de traduire du français saaavant en engliche. Nous les Froncés on a tout chouravé, tous les termes latins  aux autres langues, et surtout à l’anglais, cette bêcheuse.

Le scientifique français doit s’évertuer tous les jours à baptiser un terme en latin qui désigne un nouveau concept. “Danslcululus”, devient par magie le concept “Danslculule” qui déploie outrancièrement (et donc prétentieusement) le doute quant à l’origine dudit concept.

Soit c’est français, soit c’est PAS français.

T’es français ?

AH ce terry ce que…

Astérix est accroc à la cervoise. Il est agressif et n’arrête pas de dire des grivoiseries quand il voit passer une femme du village. Même la femme du chef en prend pour son grade. Dans ses moments extrêmes de biture, il va même jusqu’à traiter Obélix de gros. Là, ce dernier n’en peut plus, et va demander de l’aide au conseil du village. Le barde propose une séance de musicothérapie sans trop de succès. Le forgeron Cétautomatix propose de le prendre comme apprenti, cela fait rire Ordralfabétix qui propose en rigolant de le prendre comme vendeur de poisson. S’en suit une engueulade générale jusqu’à ce que le chef Abraracourcix fasse le silence et demande au druide ce qu’il faut faire. On voit d’ailleurs un espion romain écouter tout ce qui se dit. Il s’appelle Détritus. Il s’intéresse à cette herbe aux propriétés étonnantes qui font d’un abruti un gentil.

Pour le druide, il n’y a pas 36 solutions. Il faut prescrire un traitement à base d’une herbe médicinale qui ne pousse que près de la ville d’Aemstelredam dans le nord. Cette herbe ne doit être récoltée que par une blonde. donc bien sûr Falbala. Obélix l’accompagnera pour la protéger. Ils quittent le lendemain le village en route pour Aemstelredam. Le voyage se passe bien, ils passent ensemble des nuits folles, toujours sous la surveillance de Détritus qui n’en peut plus et a chaque soir une gaule à s’assomer avec.

Un soir Falbala se fait enlever par Détritus et savoure avec lui quelques nuits sous le sigle de l’amour à la gauloise. Obélix est furieux et se défoule en taillant des menhirs. Obélix, par dépit et car il a une mission, trouve l’herbe recherchée, en coupe deux-trois arbres, se les met sous le bras et rentre au village. A son retour, Astérix apprend l’histoire d’Obélix, et l’engueule pour lui avoir caché sa mission. Là intervient le druide qui demande à Astérix très simplement de prendre de son herbe et d’en fumer un moment. Astérix s’exécute interloqué, et prend alors subitement conscience de ses problèmes d’alcool et combien il a fait soufrir les femmes du village. Pour se racheter, il emmène Obélix à Aemstelredam ç la recherche de sa maîtresse favorite.

Arrivés à destination dans le quartier rouge, ils apprennent que Falbala a été prostituée par un romain pour gagner suffisamment d’argent pour se payer une augmentation mammaire à Lutèce. Ils font donc demi-tour, et se rendent à Lutèce. En chemin, Obélix en peut plus et veut se soulager sexuellement car il a pas tiré son coup depuis que Falbala a disparu et il a le braquemare dur comme un menhir. Ils croisent un romain, Saugrenus, qui veut acheter le menhir. Ca tombe bien, Obélix avait besoin de blé pour se payer une coquine. Astérix fait une rechute de connerie, mais heureusement ça passe grâce à la fumette. Il en donne à Obélix après une petite brouille, il ne sait tout d’un coup plus qui il est il prend Idéfix pour Falbala.

Ils font tous les bordels de la ville à la recherche d’une trace de Falbala. Le huitième jour, ils font leur trente-huitième et dernier bordel et sont sur les rotules. Pas une trace. Ils ont juste appris qu’elle aurait pu peut-être se teindre les cheveux et partir loin en orient. Là ils colèrent et décident que cette recherche est naze et qu’elle n’a pas envie qu’on la rerouve.

Bon, je sèche un peu là, je vais devoir relire tous les albums pour trouver plus d’inspiration !

101123

Dans les documentaires sur les endroits du bouts du monde, on traite TOUJOURS des gardiens des traditions et JAMAIS de ceux qui les contestent. Résultat, nous, français coincés devant notre plasma, on a l’impression que le monde qui nous entoure est religieux et respectueux des traditions à l’extrême. Et pour dire plus, on pense que la vie de ces gens lointains se résume à cela. Comme dis je ne sais plus qui, c’est du grand n’importe quoi… Me concernant, la consternation qui m’emplit à chaque crépitement de mon écran m’énerve plus qu’il ne m’intrigue et m’intéresse.

Alors vaut-il mieux découvrir un nouveau film plutôt qu’un énième documentaire sur le pélerinage des tibétains ? L’homme est fasciné par les relations sociales. Il se projette dans l’histoire que l’écran lui conte, et émet des jugements sur le comportement qu’il aurait dans telle ou telle situation. Plus le film s’alambique et traite de sujets inexplorés, plus l’homme apprécie et plus son bon plaisir est satisfait. Au bout d’une génération, tous les filons sont exploités jusqu’à la corde, et cela recommence avec la prochaine, les jeunes qui ignorent paisiblement le passé pour mieux s’approprier le présent qui leur est vendu comme plus intéressant et plus… moderne. L’humanité n’est donc pas prête d’après moi à sortir de cette boucle. Je dois quand même admettre que ce système itératif et répétitif possède de sacrés avantages, à savoir qu’il assène les vérités à assimiler et qu’il enrichit notre savoir par couches successives. Et il n’est pas étonnant pour certains de s’insurger de la lenteur des autres à comprendre ce qui leur paraît évident. Nous sommes loin d’être égaux sur l’échelle de la finesse d’âme…

T’as déjà gravi le mont Kailash ?

J’en ai vraiment assez de ce format d’écriture. Si j’arrive à restructurer (bon ok structurer) ma pensée et me focaliser sur un objectif clairement défini, je devrais pouvoir arrêter de remplir ces billets.

Tiens, je dois me fabriquer une fausse interview de Franck Deltour, mon alter ego au nom sorti de mon imaginaire le plus cru. Le même prénom mais avec un “c”, un nom qui n’a pas trop de rapport question zone ethnogéographique, pas très ressemblant, mais à la limite pourquoi pas. Sans doute une Ingmar Elisterov aurait été plus approprié. Mais Franck Deltour, c’est pour moi le comble du mauvais goût. Un prénom allemand avec un nom hispanisant. De quoi rappeler les moments sombres de notre histoire durant le XXème siècle…

Est-ce que tu crois que “ménage à trois”, ça parle de toi et de tes deux mains ?

Souvent, je me concentre inconsciemment sur mon cerveau pour le guérir de ma maladie. Je me dis, qu’après tout, mon corps est mon interface et que je dois être en mesure de pouvoir lui intimer des ordres pour améliorer son fonctionnement ou rétablir une fonctions défectueuse. J’ai eu extrêmement de chance de pouvoir coucher sur l’écran cette pensée.

Idée numéro 12343 : faire un site référencé sur “j’ai besoin d’aide” avec ces billets présentés comme énigme à résoudre pour m’aider à m’en sortir. J’expose par mes textes le fruit de mes réflexions. Qu’est-ce que ça veut bien dire ? Ai-je vraiment besoin que l’on me l’explique ? Je n’en suis pas certain, cela dit, j’aimerais bien qu’on me donne quelques ficelles.

Je disais que je ne souffrais plus ce format d’écriture tout à l’heure. Mais quelle prétention de ma part d’avoir pu estimer que j’en avais fait le tour. Je ne fais que commencer à archiver mes réflexions. Et je peux très bien décréter qu’il m’est possible d’avoir un projet d’écriture à côté.

Je regarde une série Z, ilo y a un combat de chars. Quand un char explose, ce sont des plans de chars en plastique avec des soldats de plombs grossièrement animés. Le char explose donc avec farces de pyrotechnies, puis on revient sur les deux héros qui s’attendent à recevoir le char sur la tête, sauf qu’il reçoivent une énorme pile Duracel à la place. Mais c’est quoi l’adresse du dealer du scénariste ?

Je suis quand même fondamentalement pacifiste. Si j’avais entre les mains le tueur de mon enfant par exemple, je ne me dirais pas que ça me ferait du bien de lui faire du mal. Si j’en venais à devoir fomenter une vengeance, je n’en resterai jamais qu’aux menaces. Et les menaces sont le dernier recours du pacifiste. Il n’imagine même pas qu’il puisse y avoir une forme d’action dissuasive ou exhutoire sur le plan physique, car il croit en l’homme et que tout échange de mandales est contre-productif.

Dans les “credits” du film :

Ecrit par xxx xxx (il est mort)

Et la question que je me pose : est-ce que le fait de bien préciser que l’auteur de l’oeuvre en question est décédé des suites de sa propre connerie offre une valeur supplémentaire au film ?

Et encore un :

The Louvre has banned all rock concerts, and limits cultural activities to exhibitions of paintings and scultures and stuff.

The American Association of History Teachers recommends these books to children who wish to learn more about France :

(s’ensuit les deux premiers noms de bouquins que je ne cite pas tellement ils ne méritent pas, bref, vient donc ole troisième)

“Kings and Other Dead Guys Who Whore Sissy Clothes “

Ce film n’a qu’une pauvre note de 2,9 sur 10 sur Internet Movie Database. Alors de deux choses l’une comme aurait pu dire Phantomato of the Opera, soit les votants n’ont vraiment rien compris à ce film, soit cher lecteur, oui toi, tu ferais mieux d’aller mettre un royal 10 sur 10 sur IMDB à ce chef d’oeuvre méconu qu’est Killer Tomatoes Eat France.

Une dame de 69 ans est restée enfermée dans la salle de bain de son appartement au deuxième étage. Comment est-ce possible ? Cette vieille s’en est sortie sans créer d’inondation avec le robinet du lavabo et attendre les pompiers.

Je crois que je n’arrive pas vraiment à écrire (sorry pour ces posts) car je m’ennuie quand je dois décrire ce qui n’est pas le coeur du sujet. Je vais noircir une page sur la signification du mouvement Krautrock pour un lapon, et après, pas un mot sur des sujets plus importants de ma vie quotidienne. J’arrive finalement en n’arrivant pas à écrire à trouver un équilibre sous la limite du supportable.

Et toujours ce problème avec la limite des 1000 mots…

“ J’aimerais qu’on valide la densité de vert dans la pelouse . ”

Ouarf ouarf ouarf

Que je suis vieux, je me souviens d’une publicité pour une machine à écrire électronique…

J’hallucine, à Abidjan il y a encore des filles qui tapent à la machine et qui ne passeraient sur PC pour rien au monde (enfin peut-être que si, question de prix). Mais tout compte fait, comme c’est trois à cinq fois moins cher à la main, la tradition qui n’en est pas une persiste et permet de recycler ces millions de machines à écrire crachées de nos usines pendant le siècle dernier. Tout bien considéré pour finir, je ne cracherais pas sur un exemplaire à la maison… J’ai l’impression d’être dans un tunnel à écrire sur mon PC,n et que celui-ci guide mon inspiration. Une vieille machine semblerait altérer l’écriture, la bonifier, et surtout la sublimer. Que c’est bon de convertir le nombre de pages noircies en peu de temps en masse physique d’inspiration, comme si celle-ci se matérialisait au son des marteaux qui impriment le papier…