Archives

Articles pour le mot-clé ‘ces’

J’aurais bien voulu la trouver celle-là

Et inutile de dire quelque chose comme gnagnagna il vient de découvrir un truc qui a mille ans (mille ans, soit le quinquénnat de sarko). Moi, ça fait longtemps que je sais que si moi j’étais Chuck Norris, tout le monde serait des Chucks Norris, tellement il y en a dans la foule qui ne demandent qu’à me mordre fort dans le dos comme ces zombies. C’est beau de se sentir soutenu, certes, mais fort heureusement je ne suis pas Chuck Norris et on n’a pas tous à se faire pédés.

 

 

Ah la politique…

Pierre pique le pull de Paul pour énerver Jacques…

Le navire coule, le commandant met la barre à droite toute (ah ces gens de la Marine) car il a vu des naufragés qui n’ont potentiellement plus de bateau. Et hop je les prends à mon bord et ils m’aident à bricoler la coque rouillée qui laisse passer l’eau.

 

En moins imagé, je viens de comprendre comme tout le monde le fond de la manoeuvre de notre cher commandant suprême. C’est sans doute une prise de conscience tardive, mais vieux motard que jamais.

Le gazier, il mise tout simplement sur le fait que la droite de la droite ne sera pas sur la grille de départ de la prochaine présidentielle.

Et voilà t’y pas qu’il fait son marché en préparant le terrain, pour qu’au moment fatidique de mettre le truc dans la fente ces olibrius racistus conservatus, ils auront le “bon et seul réflexe”, voter pour lui, histoire au moins d’arriver à se trainer jusqu’au dernier tour pour un ragot de derrière les fagots qui pourra pencher sur la balance.

Parfois j’aime me tromper, mais si j’étais maire, je donnerais ma signature pour qu’elle puisse se présenter… Heureusement je n’ai aucun mandat électif.

Qui sont ces journaux dont la neutralité n’a d’égale que leur parti pris…

… pour le pauvre lecteur gratuit que je suis ? Mais bien sûr je les ai reconnus.

Bon début

Je travaille pas mal ces jours-ci sur plusieurs projets, dont l’un semble très prometteur. Comme par exemple celui qui est profond doit sortir masqué. Désolé si la phrase doit être relue pour espérer pouvoir être appréhendée par un génie de passage. Me concernant, je la lis, puis je la parcours une seconde fois et je comprends, suivant mon raisonnement dans une sorte de récurrence.

Pour simplifier les choses, je dirais que je souhaite garder l’idée pour moi sine die. Mais j’ai d’autres projets qui bouillent !

Ca y est !

Je vais devoir me coller un jour où l’autre au billet qui parle des “albums” que j’ai eu le plaisir de boucler…

…et même de co-mmer-cia-li-ser.

Quatre albums, onze morceaux, vingt ventes :

  • Album 1 : HUMAN (2002 CD1)

HUMAN – Part 1

HUMAN – Part 2

HUMAN – Part 3

Le manifeste. Que du piano. La pochette est compliquée… Un petit homme et le temps qui passe sans s’arrêter.

  • Album blume : ARVO DENIOZ IS BLUE (2002, CD2)

Arvo Denioz is blue – Part 1

Arvo Denioz is blue – Part 2

Arvo Denioz is blue – Part 3

Pas le plus abouti des quatre. Mais récemment, je me suis surpris à le redécouvrir encore et encore.

  • Le troué :  SLODONE! (2002, CD24)


SLODONE! – Part 1

SLODONE! – Part 2

SLODONE! – Part 3

Pareil. Pourtant tout n’est pas sorti jusqu’à ce 24.

  • Le dernier : Let me X (2002, CD 26)

Let me X – Part 1

Let me X – Part 3

Ca restera peut-être mon préféré.


Bon j’ai la flemme de faire de belles photos de studio. C’est juste pour illustrer et donner de la valeur à ces rares exemplaires…
Tu connais Adrian Cronauer ? Ce gougnafier, non seulement républicain, a milité pour l’élection ET la réélection de Bush fiston…

Entends la musique, ne l’écoute pas

ouioui toi là. Entends.Des sons noyés, lointains, imperceptibles. Ouvre tes oreilles et entends. Ces nuances, ces détails dévoilent la possibilité d’une autre musique, plus vaste, un univers dont nous n’avons qu’une fruste et vulgaire projection perceptible. Je propose d’entendre ma musique. Elles est très proche de moi. Je suis rassuré quand j’apprends qu’unetelle a compris tout simplement mon message. Je déplore bien sûr que ces occasions furent rares !

Remote

Comment se fait-il que ma télécommande défectueuse marche bien mieux quand je regarde le boîtier récepteur ? Est-ce car j’ajuste inconsciemment le rayon infrarouge pour le faire atteindre le récepteur ? Ou car je lui montre de l’estime en la saluant d’un clin d’oeil. Ce serait presque si la télécommande marche mal car c’est la box qui fait son intéressante ? C’est bien sûr une idée romantique au possible de se faire draguer par la box que l’on loue à un opérateur multimédia ?

Bref bref.

Et quand est-ce que je le lance mon master Facebook ? Chacun répond à des questions où la réponse est oui ou non. Un diagramme montrera les rapprochements entre les réponses de chacun à la manière des études marketing de segmentation de marché. Evidemment, plus l’on répond à des questions, plus les affinité… s’affinent. Une pondération étudiée permettrait ces rapprochements. Il ne s’agit pas d’attribuer un poids sur plusieurs échelles à chaque question étant donné que chacun pourra enrichir la base de ses propres questions, et réponses bien sûr.

J’ai trouvé un système pas mal.

Quand j’ajoute.une question, je dois sélectionner deux questions dans la base déjà  enrichie, celle qui s’en approche lui plus, et celle dont le sens est à l’opposé. Rien qu’avec cette règle stupide, je suis capable de dégrossir des populations distinctes dont il sera possible.de comprendre leurs convictions.

Ce n’est qu’un exemple pour faire comprendre l’idée. J’ai en tête la comparaison de photos, de notes que l’on donne aux livres qu’on a lus, à la musique qu’on aime, au plat qu’on affectionne. Je parle d’un Google des données personnelles au service de la recherche d’affinités. Tu cherches un remplaçant pour ton employé qui serait pareil mais en moins faignant ? J’ai ce qu’il te faut. Mais attention, ne t’avise pas de truquer tes réponses pour sortir sur les premiers choix de ta proie. Tu te ferais sandbager direct pour t’éviter de polluer l’efficience des résultats.

Je me propose donc de faire une segmentation à l’échelle globale, non plus sur un échantillon, avec des informations continuellement fournies pour progressivement dégrossir des tendances et différences..

C’est une idée qui pour moi permet de boucler le tour du web. Google trouve le site, Facebook montre la vie au quotidien, mon service propose de rencontrer ceux et celles que tu cherches. Mais bien sûr ce n’est pas nominatif. En recréant ce réseau de liens de données entre les personnes, on peut imaginer être maître de sa propre personnalité sur la toile. Bien sûr, cela existe déjà à l’état embryonnaire, tout simplement car mon service n’a pas encore été inventé.

.

Ayanamei Rey

Ah qu’il est difficile de faire comprendre la passion des dessins animés japonais au néophyte… Mais je vais quand même essayer, d’autant que je suis pas passionné par les mangas.

Prenons par exemple n’importe quel dessin animé japonais. Quel que soit la trame développé, l’histoire intégrale et complète n’est pas appréhendable dans les épisodes. Pour faire bref, la réussite de ce dessin japonais se mesure à ce qu’il ne montre pas de l’histoire. Si ce qu’il ne montre pas met en exergue une actrice de l’histoire, elle en devient d’autant plus évocatrice.

Ayaname Rey, elle rend fous les garçons. Elle est décrite comme mystérieuse au possible. On ne capte que queques traces de bribes sur elle au cours de toute la série. N’importe qui en connaissance de cause, tuerait près et mère pour la rencontrer et lui faire subir les derniers outrages avec le désir fou de réussir à lui procurer du plaisir… Même la simple possession d’une poupée à son effigie doit faire arriver à faire mouiller une camionneuse nippophile.

Plus généralement, comment les scénaristes ont-ils résisté à l’irrépressible envie de rentrer plus dans le personnage et de forcer le trait du brouillon ? Sont pervers ces poponais.

Ta mère à la direction de l’EPAD

Bon, je m’en vais de ce pas terminer mon interview… Voilà.

Je repensais à mon glauque passé de jeu de rôliste. J’ai maintenant une définition de ces jeux. Ce sont des procédés techniques pour mettre en place son propre esprit dans une configuration géographique et autre différente. Les règles d’un jeu de rôle décrit autant que possible l’univers de la personne projetée pour lui donner vie, et permet aux participants de développer un univers mental porté par l’imagination, canalisé au travers de son personnage. Bon bref je trouve un peu déplacé pour le moins le débat sur l’intérêt de cette activité. Mais il est vrai qu’elle prend beaucoup de temps et ne rapporte de l’argent qu’aux éditeurs.

Idée n°326357. Cacher un objet, et répondre par oui ou par non aux questions des visiteurs jusqu’à ce que l’objet soit découvert. Mais pas le droit de poser de question sur la localisation physique de celui-ci ainsi que toute question concernant mes “données personnelles”, entendons les détails sur les endroits que je fréquente et mon identité. Par contre, le participant peut poser par exemple des questions sur la météo qu’il faisait quand je l’ai caché, si ça m’a pris du temps pour y aller de chez moi (je répondrais par oui ou non, mais je ne répondrais pas aux questions qui d’après moi sont une conséquence directe de celle-ci).

On peut faire ça avec une personnalité, ce serait plus simple mais aussi bien plus nul. Il n’y aurait rien à gagner !

Aouch!

T’as déjà été sauvé par le Cockpuncher ? Ca fait quand même 32 ans qu’il ne s’entraine exclusivement qu’à ça. Ca fait 32 ans qu’il se prend des coups de pied dans les parties. Il est blindé le gars.

Je pense aux grandes journalistes d’aujourd’hui. Michelle Cotta, Arlette Chabot, Anne Sinclair, même si elle est un peu en retraite. En retraite la mère Sinclair ? Et elle est mariée avec qui Mamie Sinclair ? Elle va te revenir dans la gueule direct en 2012 pour aller au top avec son ptit Domi.

Ca doit être l’enfer d’être connu. Ces millions de personnes que tu ne connais même pas et qui épluchent ta vie privée. Ces gens s’intéressent à TOI.

Mais quel gougnafié. Et il risque d’être notre président en 2017…

Copé aimerait que les plages d’infos à la télé soient nettoyées de toute émission humoristique, cela afin que les informations ne soient pas transformées.

Mais quel gougnafié. Il risque d’être notre président en 2017..

L’information, ce n’est pas un concept qui tombe comme ça. L’information elle se crée par l’écriture, et se restitue à partir de cela. Il rêve d’une émission d’information, que tout le monde bien sûr serait obligé de regarder, monolitique, omniprésente. Une voix qu’il faut enregistrer sans réfléchir, sans se poser de question, puisque c’est l’Information avec un grand “i”. Elle émane de résultats quantifiables qui réduisent le hasard jusqu’à l’infiniment petit. Bref copé est assez peu ouvert d’esprit pour imaginer qu’il puisse y avoir plusieurs informations contradictoire et que cela est tant mieux.

Sérieusement, qui pourrait soutenir qu’il faudra que l’information soit normalisée ISO 9001 ?

C’est à partir de cette réflexion que j’ai cherché en vain une nouvelle façon de définir le clivage gauche-droite. Cette idée, je n’en ai pas encore trouvé les fondements, mais il est clair qu’en creusant davantage l’on pourrait en savoir plus. Voyons, la volonté de filtrer l’information (filtrer dans le sens de nettoyer, pas censurer). c’est déjà car on pense que l’information existe en tant que telle et qu’elle est unique. Or le vieillissement de l’information dépend surtout de sa source : journaliste, télé, radio (je n’ajoute pas Internet car on peut être publié sans connaître quelqu’un comme on dit). Or cette source est importante à mes yeux, et beaucoup moins pour Copé. Il préfère analyser sur les faits et rien d’autre comme les sources de ces faits. Il veut briller par ses analyses de l’information, alors qu’à mes yeux il n’a qu’une vision approximative des informations possibles.

Plan de bataille du mois d’octobre

– Monter le site du manifeste musical (mmm)

* trouver CMS comunautaire (WP ? PHPbb ?)

– Faire de beaux site satellites (takfax, pokando, poksoul, paris-sport-online,jokango)

Rha je le sens mon noeud à la gorge ! Wouahou je l’ai vu ! La constriction au niveau du cou qui empêche de respirer, cette peur primordiale de quitter sa caverne chaude. Il m’apparaît clair que l’ordre que l’on fait imposer sur ma vie est au moins un de ces noeuds.

Voilà, c’est net, le blocage est identifié, ciblé. Mais hélas cela ne semble pas m’avancer pour autant ! IN FER NAL.

Spectateur du monde, pas spectateur de mon monde

Spectateur du monde, pas spectateur de mon monde. Acerbe sans le savoir. D’ailleurs être méchant de manière méritée, ça ne s’invente pas, c’est dans le sang. La méchanceté justifée ne s’apprend pas. Ce talent se transmet, mais se cultive peu. Elle coule dans mes veines en natif.

Ce n’est peut-être pas si vrai. Autant dans mon éducation l’on ne m’a pas appris à plaire (ou que même cela pouvait prétendre à un enseignement), mais je sais aimer. Alors pourquoi pas détester ? Plus que cela encore, je me pense pas éprouver de la haine à m’adonner à la méchanceté “nature”. Ce n’est pas un antinomie du sentiment amoureux. Je fais mon méchant à la fois sans état d’âme ni haine particulière. Je me félicite que ces foules abruties existent encore car sinon je n’aurais plus rien à dire. La plupart des joueurs de poker critiquent sans fin pourquoi untel joue mal et a eu de la chance. Il en reste bien peu qui pensent qu’au contraire ces joueurs redoutés car médiocres font que ce jeu d’argent reste profitable… Je fais partie de ce second groupe, et je ne suis jamais énervé ou haineux quand je perds contre un piètre joueur. Le “donk” au poker comme dans la vie est une nécessaire à notre raison d’être même. La prochaine fois je le raserai en douceur car il joue trop mal, je le sais mais lui-même l’ignore, ou tout au moins ne serait pas d’accord.

Parlant de l’écriture automatique : ” On rejoint alors un univers plus vaste que l’on n’aurait jamais osé imaginer, une parenthèse hors du temps. ”

Ca ressemble pas mal à la plongée en eaux troubles…

T’es un pote de Jacques Fruminet ?

Sacré Fruminet !

Que des planqués

Les fils de médecin je peux pas les blairer. Ils se trémoussent comme des étudiants sur le dancefloor et ont tous des chemises à carreau. Et le plus énervant c’est qu’ils ne payent pas quand ils vont voir un médecin car leurs parents sont aussi médecins. C’est comme ça, c’est dégueulasse. Les fils de putes eux ils payent quand ils vont aux putes et ça c’est pas normal.

Les pires c’est les filles de sage-femme, elles mettent des jupes qui ont mille ans. Elles poussent les femmes enceintes à boire de l’alcool pour faire un bébé au rhum. C’est que des pousse au vice.

Les filles carnivores je peux pas les encadrer. Tu te fais enturbanner par ces plantes voraces et ton portefeuille finit dans les grands magasins… et c’est même pas dit que tu la niques !

Le rêve de l’ascenseur

Je déménage des affaires à partir du rez de chaussée et je mets les cartons dans l’ascenseur. Il atteint le dixième étage si vite ! Au dernier étage, l’appartement biscornu avec puits de lumière, portes-fenêtres donnant sur le vide, vue très dégagée, pièces cachées, mobilier minimaliste et une odeur entêtante de neuf. Ce n’est pas vraiment mon appartement rêvé. Il donne surtout l’impression d’être très au-dessus de la ville, comme un poste d’observation ou de commande, l’ultime repaire des échappés urbains.

Je sais que je suis chez moi car je reconnais les lieux mais… est-ce que j’en suis si sûr ? Je sais que je rêve et je me persuade de connaître cet endroit.