Archives

Articles pour le mot-clé ‘bordel’

Zinc à cahuète

Dans mon précédent billet, je parlais d’un restaurant qui avait été racheté et qui souffrait du fait que l’ancien propriétaire y tenait un bar à filles aux moeurs légères, utilisant donc l’établissement de restauration comme une couverture à des activités tapineuses. Le nouveau tenancier ne l’a découvert fortuitement (j’ignore comment) qu’une fois la vente effectuée, et ce passif lui joue des torts quand à la fréquentation qu’il escomptait pour rentrer dans ses frais (de là à dire qu’il rêvait de faire la culbute…).

Et le panneau de la devanture a fortement intrigué ma personne ainsi que la mère de mon fils. Voilà une capture d’écran de ladite devanture justement, enfin juste un morceau choisi :

Bar à pâtes

De bar à pâtes à bar à putes, il n’y a dans le cas qui nous intéresse qu’un plat de nouilles. Ma première computation en est arrivée à la conclusion que le tenancier avait installé ce panneau sur son resto sans penser à mal, uniquement pour faire la promotion du principe du comptoir en salle qui propose une sélection de pâtes pour le repas. D’ailleurs, la partie du panneau qui n’apparaît pas sur ce cliché en indiquait le montant exigé pour une ration : 7 euros.

Oui mais. Car il y a un mais. Point de bar dans le restaurant, juste deux salles, une au rez-de-chaussée, l’autre au premier étage avec un patio en extérieur. D’ailleurs il y a autant de pâtes dans le restaurant que de clients (pour info, 37 couvert en un mois).

Donc ma computation N°2 en déduit que ce panneau était en place au temps du précédent proprio souteneur et qu’il n’a pas bougé de place depuis.

Et c’est là que cela devient passionnant !!!

1/ de l’ésotérisme culinaire au bordel en salade

Charles (je donne ce nom à l’ancien taulier) a mis le panneau “bar à pâtes” pour attirer le client en quête d”une graine et d’un pot à casser (petit rappel, un pot, c’est un cul au temps de Proust, ses fans sur Facebook comme moi doivent en avoir connaissance), si possible dans le même lieu.

Bref, bar à pâtes = bar à putes. Je vais dorénavant faire attention à un tel écriteau chaque fois que le hasard me le fera remarquer sur le porche de quelqu’auberge improbable. “Bar à pâtes” semble donc être le cri de ralliement des consommateurs de sexe payant à la petite semaine, ce qui fait rejoindre à l’enseigne la cohue des signes hermétiques indiquant qu’on peut là tirer son coup, et peut-être même consommer une bière tirée au fût.

2/ de la grossière ignorance crasse à la cime du génie marketing

Bon, Jean-Claude (appelons ainsi le nouveau proprio) achète un faux resto qui s’avère avoir été il y a peu un vrai bar à putes. Rappelle-toi de ma deuxième computation ainsi logique qu’implacable : Jean-Claude n’a pas touché à la façade du bâtiment. Il n’a fait aucun travaux et a conservé tel quel ce fameux panneaux sulfurisant.

Troisième pico computation : Jean-Claude a donc laissé le panneau en place quand il eu connaissance du lourd passif sexuel des murs de la bâtisse qu’il a acquis avec ses économies.

Et c’est là que la compréhension que j’ai de tout cela va vous demander encore un petit effort pour me suivre.

Il n’est plus possible au vu des éléments en ma possession d’acquérir de nouvelles certitudes. Selon moi, il n’y a cependant que deux scénarii crédibles que je m’en vais vous détailler :

Première possibilité : le nul en arithmétique
Le bon JC (il accepterait que je l’appelle JC, j’en suis sûr) n’a pas compris le lourd sens de l’égalité mathématique “bar à pâtes = bar à putes”. Et j’ai du mal à le croire tellement cela me paraît instantanément évident pour moi, ne serait-ce qu’en entrevoyant moins d’une seconde ces trois mots dans le reportage. Donc la bienséance et l’évidence des faits me dictent d’en déduire assurément que JC SAVAIT ses mathématiques.

Donc poursuivons ce raisonnement scientifique ou presque.

Seconde et dernière possibilité : le génie marketing des Carpates
Je vous préviens, je sais que ce qui va suivre est dans doute de la fiction, mais laissez-moi fantasmer et croire en la préscience de l’Homme quant il s’agit de gagner de l’argent.

JC, en gourou de la comm, a tout de suite compris l’avantage qu’il pouvait tirer  du fameux panneau. Il n’a fallu à son indicible matière grise qu’un très court instant pour tracer mentalement l’esquisse du scénario marketing qui amène le prospect à répondre positivement aux trompettes du message commercial et à aboutir à la transformation (on appelle cela dans la jargon un “lead”, sexuel mais un lead quand même). Il imagine cet homme râblé, doté d’un cerveau ou pervers ou libidineux ou prédateur ou une étonnante combinaison des trois, perdu dans les environs de ce bourg de campagne, les bourses lourdes pendantes, sympathiser avec ce bougnat dans son champ de patates, et lui demander où est le bar à putes le plus proche pour épancher sa soif de se défaire d’un excédent pondéral situé dans ses testicules. Et le paysan de lui indiquer en toute honnêteté le chemin dudit bar à pâtes.

Bref, JC laisse le panneau en place, pensant qu’il lui ramènerait de la clientèle prête à lâcher quelques euros pour fourrer sa viennoise dans des miches chaudes. J’en connais qui sont emprisonnés pour moins que ça. Sacré JC, quel plat de nouilles tu es d’avoir cru que le trafic généré par cette clientèle trompée sur la marchandise te permettrait de couvrir plus facilement tes frais…

Lecteur, toi qui demain marcheras dans les rues, à Paris, à Melun ou ailleurs, en te rendant à ton travail, si tu croises une restaurant indiquant “bar à tapas”, je n’ai pas besoin de te faire un dessin, tu sauras de quoi il en retourne !


Dans une émission télé, un restaurant a sur sa devanture un panneau publicitaire autopromotionnel sur lequel est écrit “Bar à pâtes”. Il se trouve que son nouveau propriétaire souffre de la réputation sulfureuse de l’ancien. Le resto est un ancien bordel. Bar à pâtes, ouiouioui…

Dans un film que je ne citerais pas, je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas encore prêt pour en être capable, Igor est fascinant. Marty Feldman ce génie méconnu. Ou un autre personnage qui fait le mal sans trop s’en rendre compte, mais finalement et d’une manière exceptionnelle se termine bien par miracle. Le drame est évité de justesse justesse.

Et je ne vais pas te demander si tu connais Marty Feldman.

C’est quoi ce bordel ?

Franck ou André ? Ah ah ah ! La réponse est peut-être là, évidente comme le nez au milieu de la figure, mais tu n’es pas, cher lecteur, équipé pour la trouver. Moi non plus du reste sans doute.

Coquine, Stasi, K Bis, Dogue. CAC, Garrett,Nagi, Assez, col, ame. Bref la défense. Mais aussi l’aise.

Je me trouve assez fier de la mise à jour de ma page Facebook. Elle est étudiée avec soin et recèle des pépites qui ne demandent qu’à être trouvées. Bon OK ça ne fait rire que moi.

Ce soir j’ai vu la plus pure erreur humaine au cinéma. Je ne vais pas m’apesantir sur le film en lui-même et me concentrer rapidement sur les concepts développés par Lewis Carroll dans Alice au Pays des Merveilles. Mais que c’est niais. J’ai perdu deux heures de ma vie pour rien. Je n’y ai trouvé aucun concept caché, prosélyte ou autre message de l’auteur exploitable pour en soutirer ne serait-ce qu’une bonne idée. Je crois honnêtement avoir fait le tour de la question dans tous les sens pour être en droit de revendiquer la destruction des négatifs du film pour que sa trace disparaisse à jamais. Cela ferait augmenter la rentabilité au travail. Toutes ces heures de temps cerveau dans une société qui est occupé au traitement d’informations inutiles et polluantes.

Une politique d’éradication chirurgicale de toute soit-disante oeuvre sans intérêt pour la société des hommes et des femmes, aurait tout son sens avec l’explosion des médias depuis dix ans. J’en serais bien sûr le patron avec beaucoup de pouvoir. Je crois que je pourrais faire éradiquer quelques albums de Bénabar sans trop de dommage sur terre.Allez tout Bénabar, sa vie, son oeuvre, pchit, disparu et le monde sera pareil voire même plus performant après cette ablation bénéfique. D’un claquement de doigt, je débarrasse l’humanité des influences sans intérêt qui ne pèsent en rien le fonctionnement de nos sociétés. On peut rêver. Mais j’en connais un qui doit avoir un putain de pouvoir car il essaye depuis pas mal de temps d’éradiquer la nudité. Ca doit être un pervers.

Attention, j’ai pris Bénabar mais ce n’est pas nominatif, j’aurais pu mettre à la place n’importe quel groupe ou chanteur comme par exemple Pavarotti, André Rieu, Phil Collins, Dire Straits, Elsa, Carla Bruni, Bernard Ménez… Ah, je vous avais dit que j’avais beaucoup de pouvoir. Chacun a sa wishlist et elle très intéressante ! Moi je ne comprends rien dans certains genres musicaux. Le classique, le jazz, le rock. Ca ne me fait ni chaud ni froid. Et c’est ce qui me fait dire que j’ai de la musique une conception bien à moi. Ca commence avec un océan. La surface, c’est la musique qu’on entend à la radio, et quand on plonge la richesse est infiniment plus grande. Pour ma part, je snorkle car j’ai peur des bouteilles pour plonger plus profond. Heureusement j’ai une bonne expérience de l’apnée. Actuellement, je trouve que j’ai fait assez de surplace avec ces paysages sonores de ce que je faisais et qui n’a reçu aucun écho que le sien. Je tourne définitivement la page pour le bien de mes prochains. Mais je m’avance un peu, car cela signifierait que je doive remplacer en tout hâte les plages sonores actuellement diffusées sur cette page. Et que par conséquence je m’y mette demain. Je vais au moins y consacrer une heure ou deux, ça me calmera j’espère. Oui, je ne vais pas continuer sur une évidente et balisée voie de garage. Mais ai-je vraiment le choix ? <Ma construction menta ene pourra jamais écouter du Bénabar pour se détendre avec une bière après le boulot dans le métro. Encore une fois, Bénabar, si tu me lis, sache que, oui bon c’est juste pour dire. Depuis des années j’utilise abusivement ce mot dans ma tête pour classifier la musique qui me touche et tout le reste. Et je laisse le lecteur deviner ou je place Benabar.

Tiens j’ai une idée artistique donc forcément débile. Je vais faire une intallation dans une salle informatique avec des ordinateurs qui n’affichent que cette page. Puis on étudie le nombre de billets lus par personne. Cette page peut être vue sous l’angle du piège à recruter une certaine sensibilité, comme le jeu pour trouver les deux millions de fidèles qui le suivront jusqu’à la terre promise.

Evidemment que cette page a pour but de rencontrer du monde comme on dit. Des individus qui partagent peu ou proue mes idées pour aller plus loin ensemble, ou rigoler seulement si on n’y arrive pas. Je crois que ça me plairait de rencontrer du “monde”. Mais pas Bénabar par pitié.

Connais-tu l’oeuvre artistique Genital Panic reproduite par Marina Abramovic ?

http://www.worldscinema.com/2010/07/marina-abramovich-aktionshose-genital.html

Le jour ou les burqas seront comme ça…

Si vous le faites, on le fait

C’est drôle, je sors toujours ces titres d’on ne sait où. Ils n’ont ni queue ni tête, ni même rapport entre eux. A moins que ? Bon, voilà, ça me définit bien. J’ai une pensée obscure, indomptée, presque sauvage. Elle cavale et se divise en se fragmentant. Si j’avais un objectif, un point fixe qui subordonnerait tout ce bordel, j’aurais déjà sorti plusieurs albums et écrit une dizaine de livres. Mais au lieu de cela, je me bats continuellement contre moi-même à tâcher sans succès de me structurer davantage. Je m’éparpille trop et souvent cela me détourne de l’essentiel.

Je sens que demain je vais faire un super petit film pour mon site. Si tout le monde est d’accord pour ne pas distribuer les cartes pendant 10 minutes, ça risque de donner. Réponse ici même la semaine prochaine.

Purée, dans les reportages, ils floutent jusqu’à la musique de la boîte de nuit. Je viens d’en avoir la preuve, car la musique en question, c’était Smell like teen Spirit, et là j’ai reconnu les transformations faites.

Tiens je vais développer un outil de gestion de la croissance de la population. Partant de par exemple un million d’habitants sur terre, le tout avec moultes paramètres comme l’âge du décès, l’âge des reproductions éventuelles, le nombre d’enfants, le sexe. Je lance la machine sur mille ans et je regarde combien cela donne. J’avais déjà fait un calcul, je choisis plutôt deux mille ans an, car à cette vitesse démographique, on n’aura plus un mètre carré chacun pour vivre sur terre. Avant l’an 4000, il y aura de grands changements ! Mais mes lecteurs le savent déjà.

Bon bon bon, ça avance on dirait, sisi. J’ai pris conscience que ces posts sont temporaires et qu’il viendra un temps où ils ne seront plus que des souvenirs. Plus rien à y ajouter, je serai passé à du neuf. Il me tarde, évidemment !