Warning: htmlentities(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-base.php on line 6

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-base.php:6) in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 1164

Warning: htmlentities(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/secure-wordpress/res/inc/SwpaLiveTraffic.php on line 129

Warning: htmlentities(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/secure-wordpress/res/inc/SwpaLiveTraffic.php on line 107

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1518

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1518

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520
août, 2011 | ;×)
Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1518

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1518

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: htmlspecialchars(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 1520

Warning: html_entity_decode(): charset `none' not supported, assuming utf-8 in /home/qenail/public_html/andremozzi.fr/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/aioseop_class.php on line 5029

Archives

Archives pour août, 2011

Visite ce site et dis-moi ce que tu en penses

http://chezpilar.fr/

{EDIT : beuh il existe plus…]

 

 

 

 

Poker Jump !

Incroyable, je tombe sur cette photo :

Où est l'imper ?

Bon, je ne connais pas personnellement cette personne, mais je m’aperçois que c’est la première fois que je le vois dans les magazines ou à la télé ailleurs que dans un casino. Cet exemplaire d’être humain, mécanique, froid, self control, à la limite de la pièce d’orfèvre,  joue au poker tous les jours et toutes les nuits, et passe la plupart de son temps dans des pièces fermées et obscures. Exceptionnellement, il ose malgré tout défier Dame Nature en tentant de sauter au-dessus d’un point d’eau, pour la photo.

Il a vraiment l’air rond rond.

Il joue un rôle tout le temps, et fait l’erreur de ternir à ce point son image de joueur très fort, beaucoup plus intelligent que toi, qui te plumerait à l’apéritif. Tu es l’apéritif de cette personne. Et là, tu le voies s’apprêter à prendre un petit risque, un risque calculé, presque par déformation professionnelle. Le cliché, volé tellement il est mauvais, fige ce gars dans le plus noble objectifs physiques, garder ses pied au sec. Euh oui, ça il ne faut pas le voir, c’est la grosse honte.

Lui, la star, n’est plus le centre d’intérêt des spectateurs. C’est ce putain de trou d’eau, assez atypique en forme de vagin impudique qui attire notre oeil. Cet athlète acoutré d’une tenue que l’on peu qualifier de kit du pervers (manque l’imper mais c’est tout) en pervers disparaît de l’attention. Je ne le vois même plus, je vois le trou et pas ce petit nain.

Après, si on a le courage de réfléchir davantage, l’on remarque que son pied d’appel est le gauche, il doit être droitier, il se concentre. Il a l’air en tout début de mouvement de son sot parfait. Et en arrière fond on voit ses copains qui sont morts de rire.

 

Ben moi désolé, ça me fait pas rêver moi. Sous les tropiques avec une tête de sadique comme ça, non merci. Je préfère encore notre Francis national.

Non, sérieux…

Très bon shoot monsieur le chroniqueur. Tu as bien bossé, tu as un scoop.

Ah oui, mais je suis sur son compte Facebook, pas celui du chroniqueur sportif (encore un autre sujet, tiens), et j’ai trouvé cette photo… dans ses photos préférées qu’il à uploadées avec ses petits doigts boudinés. Ca a dû cliquer sec puisque je connais ses talents dans les jeux PC. Mais à part la souris et le poker, il est qui lui ?

C’est avant tout un homme surentraîné. Il a un coach physique. A deux, peut-être même à plus, ils formentent les tactiques et stratégies les plus tordues pour te piquer tes billets. Et c’est tout. Pas la peine de chercher, il n’y a rien d’autre, c’est fermé monsieur revenez mardi.

Et là soudain il est seul. Plus personne ne peut l’aider. Il doit se lancer et passer l’obstacle par lui-même, réussir, tout simplement. L’échec n’est pas une option. Il ne peut pas se viander. Il est surentraîné pour te voler, rappelle-toi.

Hop.

Et là plus d’image, on doit continuer l’action dans l’imagination.

Il saute. Et rien, ce n »était pas un évènement. Il n’a pas dû se gaufrer sinon on en aurait entendu parler. Mais le chroniqueur, l’auteur de ce cliché, il s’est posté là sur les abords de cette mare et à attendu sa proie comme le chasseur l’oiseau rare.

C’est pas très convainquant tout ça. J’arrête de me moquer.

On pourrait me croire comme lui, millionnaire en dollars, à qui tout réussi. Ah ça j’aimerais bien, mais j’ai pas encore trouvé la recette magique.

Oh, au poker j’ai un niveau insignifiant , très petit. Je n’ai pas gagné des millions puisque je préfère jouer avec mon hémisphère droit. Je suis simplement un transfuge du cerveau gauche, le calculateur, celui qui tourne sur le concret, le comptable.

Bof, il n’a pas trop les traits d’un clerc de notaire, mais il faut admettre qu’il sait réfléchir plus vite que la moyenne. Il t’intimide ?

Bof bof, je n’ai jamais admiré personne durant mon rapide passage dans le secteur tertiaire. Enfin, tant quand j’y étais ! J’ai reconnu par la suite les qualités de ces employés. Ouf je me suis évité des ennemis mortels en me rattrapant à la branche.

C’est pour cette raison d’ailleurs que j’ai décidé de quitter le secteur des services et me lancer dans internet.

Comment ça, c’est pas du tertiaire ? Mais c’est une évidence. Internet a autant à voir avec le secteur tertiaire qu’une bûche qui prédit la météo. C’est la communication qui m’intéresse, intéressée ou non. C’est comme se faire des amis chez de vulgaires inconnus. Je ne te dit pas qui je suis, mais tu m’as rapporté de l’argent. Je ne t’ai pas volé à proprement, j’ai réussi à te proposer un voyage au bout de la terre en faisant l’intermédiaire. J’ai touché ma comm’, tu n’en a jamais rien su comme chantait Eddy, et je ne connaîtrai jamais rien de ta misérable, lourde et morne vie. Si c’est pas poétique ça…

Mais j’irai malgré tout à l’essentiel, ton portefeuille bien sûr.

Et c’est tout, n’espère rien d’autre, vil cliqueur du soir avant l’émission de 20h40 dans ta banlieue lointaine doré à la bombe de peinture. Emprunte simplement une des autoroutes tracées pour te faire acheter l’objet ou le service que tu recherches.

Et je ne te parle même pas, je lis les journaux pourris que tu dévores pour te cerner plus près encore et deviner ce qui va passer par ton petit cerveau la prochaine fois que tu voudras partir en vacances dans un pays trop loin pour ta paie. Tu feras des recherches sur Google©, puis tu redescendras sur terre, et t’iras voir les vacances en Tunisie car tu n’as pas trop entendu parlé des révoltes, et que tu n’as pas de sous.

Bon finalement tu n’achètes rien et ne me fait rien gagner, tu n’es peut-être pas mon coeur de cible. Mais mille de ton acabit ont déjà pris ta place.

 

J’avais depuis quelques jours l’envie presque reptilienne de faire un post spécifique sur le sujet prénommé « ZANONI le déconneur ».

C’est un ouvrage que j’aimerais bien relire maintenant pour me poiler. Hélas, c’est un livre rare, la traduction en français encore davantage. Maintenant la rareté de cette oeuvre, tombé dans le domaine public, n’est plus. Chaque éditeur y va de sa couverture pour essayer de figer le quoitesque de ce roman pas terrible.

http://www.amazon.fr/Zanoni-Edward-Bulwer-Lytton/dp/1608640523

 

Je ne résiste pas à l’envie de poster ce petit résumé :

 » Ce texte, l’un des plus célèbres de la littérature ésotérique, est un roman initiatique ayant pour cadre le XVIIIème siècle. Il évoque l’histoire de deux rose-croix : Zanoni et Mejnour. La voie suivie par ce dernier est aride, c’est la voie de l’ascèse. Celle proposée par Zanoni est la voie de l’amour. 1842. « 

En résumé, tu t’abstiens si t’es neuneu, moi je nique car c’est ma philosophie. Je laisse le curieux découvrir la suite.

 

La couverture fait trop moderne. Mon exemplaire à moi était un tirage manuel comme on n’en fait plus que chez les libraires de bord de scène, avec les feuilles à séparer au couteau, qu’il fallait délicatement couper avec les ciseaux de sa trousse, parce qu’il a TOUJOURS eu des ciseaux dans sa trousse.

Bon ce sera pour la prochaine fois, car j’en ai encore des fous rires parfois, alors je dois m’appliquer sur le billet. Je dois reprendre tous les détails, les approfondir à partir du moindre souvenir. Un travail d’autant plus presque douloureux que l’on ne se reconnaît pas dans ce genre de souvenir, datant de cette époque après l’âge ingrat, qui est aussi un âge ingrat, juste plus raffiné, et encore.

En plus je passe vraiment pour un pauvre type, l’humiliation publique full face avec sa copine. Tu lui parles de Zanoni, et tu lui dis que tu aimerais bien lui prêter le bouquin. Je suis en stage à l’autre bout de la France, Biarritz (enfin Anglet), et je taquine mollement la variété locale de bourgeoises.

Et je tombe sur elle, enfin plutôt le contraire.

Dans ma piaule pour quelques mois, j’ai dans mes valises cet ouvrage, que dis-je ce fruit de l’imprimerie disparu d’autrefois. Je pars en voiture avec mes affaires pour 6 mois, je prends ZANONI, comme ça, me disant que ça pourrait servir, mais sans oser s’avouer que ce grimoire abscons à la con a une quelconque qualité cachée, très cachée, mais qui mérite à être découverte.

En clair, ma cocotte, tu vas lire ces 600 pages chez tes parents, dans ta chambre, en plein été basque, toute seule, et à défaut de penser à moi, tu ne penseras à personne d’autre que ZANONI qui te mettra les abeilles à tes deux lobes, ah ah ah ! Et si par miracle tu n’es pas la conne que tu es, tu trouveras peut-être des clés et tu me les abandonnerais. Et je m’enrichirais de ton analyse.

Mais elle ne m’en a pas laissé le temps et elle m’a très vite largué. Enfin, c’est mon analyse ça. Elle avait juste associé au poids de ma connerie celui dudit ouvrage. Lourd, chiant. A fuir.

 

L’histoire ne s’arrête pas là, loin de là, oh non. A l’évocation à son adresse de ce livre que j’aimerais bien qu’elle lise pour qu’elle me dise ce qu’elle en pense, elle me lance d’un sourire :

–  Oui, tu me l’as déjà prêté…

… laissant apparaître qu’elle ne l’a même pas feuilleté et qu’elle n’en a fermement pas l’intention.

N’empêche, elle ne me l’a jamais rendu ce bouquin cette conne. Je ne suis sûr de rien dans cette histoire, sauf qu’elle a gardé le bouquin, sans doute pour le bazarder peu après et faire de la place sous son bureau.

Et voilà comme un roman de 1842 finit sa route dans une déchetterie sans être même ouvert.

Quel cinglant jugement sans appel.

La vilaine a tout effacé de moi. Un jour, elle croise un copain commun, en fait le mec d’avant mois. Ils discutent un moment, ne s’échangent même pas les numéos, et au moment de partir elle place distinctement :

– si  tu revois qui tu sais, tu ne lui as pas dit que tu m’as vue.

Et j’avais même encore rien demandé, que le récit de mon copain soudainement ne m’intéressait plus. Maintenant cependant, je le soupçonne fortement d’avoir inventé. Mais elle se devait de se montrer peureuse après la claque que je lui ai collée. On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui… Finalement elle ne m’a pas oublié !

Et puis, si elle m’avait reproché d’aimer ce prétendu important livre pour moi, ça aurait été tellement plus beau. J’aurais été complètement à poil, désarmé par cette femme, qui revient avec ma bouteille à la mer dans sa main, fragile, nue. Elle aurait compris ZANONI et tomberait dans mes bras avec la pesanteur d’une plume.

Mais non.

Si il faut donc retenir une chose, c’est celle-là :

Aucune ex n’a lu ZANONI… mais celle-là c’était bouillant.

 

Tu connais Françoise CHANDERNAGOR ?

Comment VRAIMENT reconnaître un informaticien ?

Cette vidéo a été faite par eux :

http://www.mjscomputers.net/

Le site, sur quatre images, il y en a deux qui sont vraiment très loupées et qui gâchent passablement le message…

Mais par contre, le message publicitaire qui tient sa promesse, qui se mouille la chemise, qui met ses couilles sur le bar pour te convaincre d’acheter pour la bonne raison qui paraît maintenant tellement évidente :

To play ZX81  Manic Miner, Please visit http://www.mjscomputers.net/

Bon, commençons par le début. Je cherchais des articles sur le ZX81 de mon enfance, et je tombe sur cette vidéo de cet ordinateur minuscule, l’Ancêtre de tous les micros actuels, le premier ordinateur tout petit tout mignon, donc forcément très moche, mais c’était le seul, et le monde a vibré peut-être un an ou deux derrière le Sinclair ZX81, 4 kilo octets de mémoire vive, 4000 octets, 128 000 entitées logiques infinitésimales qui te promettent de pouvoir créer tes propres programmes. Ta machine, quoi.

Si c’est pas important ça.

Un objet se branche sur ma télé, et je peux pour la première fois dans l’histoire le programmer pour lui donner des calculs à réaliser, à me restituer à mon bon vouloir. Des esclaves à mon services. La victoire cruciale et presque finale de la bataille de l’homme contre la machine.

1-0

On venait de se rencontrer, il fallait mettre les choses au point tout de suite.

Manic Miner, c’est un jeu auquel j’ai joué sur l’Oric Atmos chez Cyril villa de Savoie (enfin Savoie que de nom). Le premier grand jeu de plate-forme avec trois commandes possibles, gauche, droite et saut.

A cette rencontre, tu m’as parue plus enjoleuse, intrigante. Une machine simulait pour moi mon microcosme personnel d’endroits qui n’existent pas. Oui enfin, je ne vais quand même pas cracher dans la soupe, mais tous ces univers à créer, ça doit rendre un peu schizophrène à la longue, non ?

Bon je ne trouve pas la version Oric Atmos…

Bref grâce à Manic Miner, j’ai compris vers 11 ans qu’il y avait encore tout un univers à découvrir dans nos ordinateurs et que les possibilités étaient illimitées. Alors finalement, je ne sais pas si je suis ce qu’on appelle un informaticien avec toute cette saine condescendance.

L’informatique c’est quand même, à la base, le fruit de la réflexion sur un problème simple : comment on va faire pour faire comprendre à cette connasse en silicone ce qu’on veut qu’elle fasse pour nous ?

Le bon informaticien est cet être humain qui arrive à faire fermer la gueule de cette pute. Le savoir de cet homme, très calme et discret mais qu’on pressent profond, multifacette, limite en string de cuir, est ibcroyable et reconnu par tous comme tel. Le petit PC Man, avec ses petits doigts boudinés, il a codé des programmes qui lui niquent bien sa race ,et qui l’obligent à bosser un peu.  Elle lui obéit comme un chien d’aveugle, et elle a intérêt, sinon il lui envoie tout dans sa grande gueule de conne, le clavier, la souris. Quand il le veut, hein, il fait ce qu’il veut avec la machine. Le gars, quand il veut il lui met les abeilles jusqu’à ce qu’elle crache le morceau et qu’elle obéisse, et fissa cette feignasse…

C’est une image adéquate d’Internet.

Mais revenons à la vidéo qui est pour rappel une émulation d’un jeu vidéo où quelqu’un joue sur une ordinateur mythique car primordial (moins de 500 francs !). On ne voit que le résultat en live du jeu à l’écran et bien entendu pas le joueur. Cette vidéo montre un jeu fluide que l’on arrive facilement à comprendre. J’ai identifié de mon oeil de faucon quel personnage était celui manié par le joueur, et même si les sauts étaient plus courts ou pas que sur la version Oric Atmos. Je crois même reconnaître un niveau auquel j’ai déjà joué, et que le joueur de cette capture vidéo maitrise comme un dieu.

Mais bon sang mais c’est bien sûr !

<!– début P3 –>

Le mec, il a réussi l’incroyable tour de force technique qui inspire un grand respect de ses pairs (j’y reviendrai).

Cet homme sait faire tourner un ZX81 sur un PC moderne. Il a compris comment modéliser dans un langage informatique tous les composants physiques du petit Sinclair, y compris son coeur, ce magnifique Z80 avec 4ko de mémoire et 4Mhz de cadence, en le reconstituant dans un programme de son choix et a produit cette émulation. Ce génial codeur l’a décorporé, lui a volé toutes ses entrailles, et l’a foutu à la poubelle. Le mesquin boîtier n’est plus avec nous, mais il est intégralement stocké et répertorié dans les mémoires de nos ordinateurs dernier cri.

<!– fin P3 –>

Le ZX81 est le premier grand phénomène, phénomène que je viens de décrire au paragraphe précédent, et que j’appellerais pour plus de simplicité P3 (Phénomène Paragraphe Précédent).

Le phénomène P3 a alors pri s de l’ampleur, les nouveaux modèles d’ordinateur chassant les anciens.

Moi j’étais dégoûté. Pour une raison obscure, le choix de mon premier ordinateur s’est mal passé. Mon choix a très rapidement montré sa propre consternation, car mon choix lui-même se consternait d’étonnement devant mon choix. Très, très vite à côté de la plaque, à la ramasse, surpassé par le nouveau modèle qui vient de sortir et sur lequel il y a TOUS les jeux. Micronique Hector  2HR+, je te pisse toujours à la raie. Trop gros, trop cher, trop lent, trop con, trop abscons.

Est-ce qu tu as déjà essayé un émulateur Hector 2HR+ ?

Quelle erreur, la plus grosse de ma vie.

Mais attends voir, j’aurais PU acheter un Oric Atmos. Le paléontologue déclare les deux espèces contemporaines l’une de l’autre. Elles AURAIENT pu s’entendre et éviter le combat à mort. Mais elles ne l’ont pas fait. Ca prouve bien qu’elle étaient conne, non ? Quand j’ai acheté mon Hector 2HR+ à Corbeille Essonne, l’Atmos était en vente également, c’était un choix documenté, étayé et mûrement réfléchi.

Bref Cyril, ton Atmos, j’avoue que je lui carressais ses touches aussi quand tu tournais le dos. On a eu des relations lui et moi. Tactiles, sensuelles, avec son haut-parleur sous le clavier, sa jupe rouge et son clavier noir rugueux au toucher mais très agréable à enfoncer : la touche s’appuyait comme quand on appuie sur un chamallow, et terminait par un bruit sec très aigu, qui semblait dire : je suis une petite bête, j’ai une petite voix, j’ai besoin de toi pour me protéger.

On avait bien préparé et enregisté sur une cassette au magnétophone un canular téléphonique. Le téléphone sonne, la dame décroche, ne se doutant de rien dit :

– Allo ?

J’appuie sur Play au magnéto de l’Atmos (qui permet au passage, si il y en a un qui suit, d’enregistrer et lire les programmes du monstre).

– Bonjour Madame, c’est la Balise de France Culture, notre grand jeu radiophonique national qui est aujourd’hui l’invité de la ville de Clisson et des cacahuets Benenuts. Voulez-vous tenter de gagner le banco en tentant de répondre à cette question ? Alors c’est oui ?

– Euh… oui !

– Alors nous allons déclencher le chronomètre, attention, vous êtes prête ?

– Euh… oui (air, d’un seul coup intéressé, commençant à flairer l’occasion de gagner de l’argent ce qui prouve cent fois comme en mille qu’elle est tombée dedans puisqu’on aurait pu en avoir besoin de cette manne flouzesque si facile et presque déjà dans la poche tout cuit)

– C’est parti. Voici la question :  » Quelle est la différence avec un pigeon ». C’est à vous, quinze secondes.

(son informatique « ping » toutes les secondes comme dans le Jeu des Milles Francs

Programme qui fait ce ping :

Pour rappel, l’oric Atmos avec ces effets sonores disponibles directement dans la mémoire morte : EXPLODE, SHOOT, ZAP, PING. Tu tape les lettres du mot « PING », et l’ordinateur fait « ping ».

Source du programme opensource sous licence GNU

10 WAIT 10
20 PING
30 GOTO 10

< balbutiements, puis… des mots réfléchis mais confus, impromptus, plein de surprise et d’impuissance >

– Euh désolé, je n’ai pas compris la queuhstion, vous pourriez répéter s’il vous plaît nonobstant votre respect ?

< tentative vaine de se faire entendre et de clamer qu’on est la victime, mais c’est trop tard, bien articuler les mots n’aura rien amené de plus, 10 secondes pour leur faire réussir à interrompre le compte à rebours, contre tout règlement, et répéter la question mal entendue.  Limite à s’approcher en loucedé de l’étagère du Larousse, de toute façon, tout le monde fait ça. >

– Ah perdu, dommage madame, nous allons prendre une autre auditrice en ligne. Madame, je vous passe notre standard pour choisir votre lot de consolation, au revoir.

# la voix change, normal c’est maintenant la mienne sur la bande #

– Bon jour Madame.

– Bonjour.

– Alors pour choisir votre lot de consolation, vous devez choisir un nombre parmi la liste que je vais dire et me donner votre choix. D’accord ?

– Oui d’accord.

– Voici la liste : vingt-trois, chlouze, katoze cent blouse, katozdouz, et tomate.

@ temps mort pour la réflexion @

– 23

– Ah non madame, quel dommage (quelle journée naze), vous n’avez pas gagné la « Audi 100 C CHER » qui était en jeu. Mais vous ne partez pas les mains vides puisque vous avez gagné… un batteur électrique !

– Ah ben merci, merci beaucoup…

– De rien, merci madame au revoir.

– Au revoir ! {d’une voix qui j’espère illustrait sa complicité. Soit c’est vraiment la télé, soit c’est un truc fait par des rigolos, en tout les cas, j’ai mon rôle à jouer. Je dois rester correcte, aimable autant qu’il m’en sera possible}

Quelle poilade mémorable. Je devais avoir onze-douze ans. On en a jamais refait des coups pareil, et ça prouve bien quand même qu’on avait mieux à faire. C’est dire !

Voilà ce qu’on faisait pour s’amuser avec un ordinateur à l’époque. Rien que d’y penser, je pourrait presque en rire spontanément.

A partir de ce moment, pendant 15 ans, quand tu achetais un ordinateur, tu allais, tôt ou tard mais plus tôt que tard, être la risée des autres.

Bon, ce sentiment, précisémment, c’est celui que tu donnes aux autre gens qui ont un ordinateur plus récent que le tien et qui te relèguent au rang des ignorants. Ils se moquent de toi comme si tu avais été la victime de ce canular de gamins. Mais comment tomber dans le panneau, c’est tellement grossier que, moi, je ne me serai pas fait prendre.

Toujours est-il qu’un jour, enfin, il est là, par terre et signe d’allégeance.

Tu ne l’admireras jamais plus que là, dans sa boîte, merveilleux, endormi. Il va devenir ton meilleur ami pour la vie.

Mais bien sûr à la première occasion tu lui trouves un remplaçant, tu VEUX le remplacer, tu ne penses qu’à ça, tu en as honte comme quand tu t’es fait choper en matant la petite Lucienne dans la salle de bain par le trou de la serrure. Tu dois laver ton honneur et reprendre de l’avance à ton tour sur les autres.

Hélas, je suis resté avec mon Hector 2HR+ pendant 6 ans, près de 1400 jours, à jouer sans m’amuser, copier des listings de jeu sans m’enthousiasmer, programmer des jeux trop lents pour être jouables car tu ne sais pas programmer en assembleur et que PERSONNE même dans ton entourage lointain ne sait programmer en assembleur. Tu es seul, il fait froid, tu te réchauffes un peu les mains en frottant un magazine, spécialisé sur ton ordinateur, acquis à prix d’or, car ces revues, ça ne se trouve pas du tout n’importe où. Il faut éventuellement se rendre à une journée porte ouverte dans l’usine française qui fabrique mon ordinateur (no pub!), et reluquer du côté du stand des revues. Tu es dans le seul endroit dans l’univers où tu peux dénicher de la documentation sur notre bête de concours. L’Hectorien n4, le dernier avant la faillite, et un nouveau lexique des fonctions du langage BASIC, plus fourni que celui fourni avec la bête.

Mais ça ne change rien. Tu utilises l’Amstrad du voisin, mais c’est juste pour jouer, et coder très peu. Tu fais le con avec l’Atmos d’un autre voisin. Putain de 6 ans, de onze à dix-sept ans. J’en ai vu passer des ordinateurs :

ZX81, Commodore, ZX Spectrum, MSX, Alice, TO7, TO7 70, MO5, Atari 400, 800, 520STF,1040, Amiga, Amstrad 464, 664, 1024, PC 1512, Apple IIe, Apple Macintosh, Einstein, NeXT, Sun, et PC (je détaille pas !).

Voilà ce qui m’est passé dans les mains, et je n’ai jamais été foutu d’apprendre le langage machine, et quand j’en ai eu l’occasion en 96, c’était trop tard pour moi. J’avais été largué.

Puis ça a duré pendant une quinzaine d’années. Une quinzaine d’années, la mort de centaines de modèles d’ordinateurs, un véritable génocide. Leur mémoire, leur langue, leurs programmes, leur corps, tous disparaissent. Et tout le monde ou presque s’en fiche. Sauf les informaticiens, qui sont touchés dans leur coeur par tant de souffrance à leur mémoire.  Les vieux circuits imprimés ont trouvé refuge chez quelques illuminés disparates, mais l’essentiel de cette culture est sur nos PC grâce aux émulateurs . Oh, ils ne sont pas beaucoup, il y a plus de chance de mourir du cancer que d’en croiser un spécimen au Jardin des Tuileries.

La grande bataille des machines a eu lieu. Il ne devait en rester qu’un… ou deux !

 

EDIT DU 24/8 : j’ai été encore une fois très mauvaise langue puisque le site en question propose VRAIMENT de jouer à Manic Miner :

http://darnkitty.com/manic/ManicV2.swf?q=75&q2=71&q4=88

Héhéhé !

 

 

 

 

 

 

Le jeu du soir est…

… de tagger mes posts.

C’est marrant d’un coup j’ai compris ce que voulaient dire les gens qui disent se sentir chez eux. Là je me connecte à l’admin de ce site pour rédiger un post, et tout d’un coup je me sens chez moi. Taper au clavier n’est plus une contrainte. Je connais les URL par coeur, je les tape plutôt que de cliquer sur le bouton proposé.

Je suis chez moi.

En voilà une belle définition de la notion de propriété. Quand tu n’es pas à manger, je t’achète, je t’acquiers et t’intègre dans mon chez moi, mon petit objetmoncule (un objetmoncule est une sorte d’homoncule des objets), mon petit monde à moi qui m’appartient. Peux-être même un jour pourras-tu prétendre à rejoindre mes objets qui gèrent l’intendance et les affaires courantes de mon chez moi ? T’es un iPhone ? Mince, mon téléphone est dans mon chez moi. Voire peut-être même jusqu’à ce que mon chez moi à moi soit mon téléphone.

Bon, je renonce à compléter cet inventaire d’objets allant du porte-clé pas forcément indispensables, aux manoirs que je ne possède pas.

As-tu adopté un porte-clé ? Comment ça c’est passé la première fois ?

Pour ma part je pense pouvoir en trouver facilement plus d’une dizaine sans trop d’effort. Le dernier qui dure depuis quatre ans, c’est mon petit porte-clé 888 en metal. Ca en serait presque un gri gri. Mais ce n’est bien sûre pas celui-ci que je montre publiquement ! (EDIT Janvier 2012 : je l’ai cassé, fini le 888 !)

Sinon je cède au plus offrant le lieu que je cultive sur l’actualité en général. Ça me prend une place folle et ça récompense bien maigrement. Je vais tâcher de me couper du cordon de news. Deplug. Pause. Allez,  tout le mois d’août puisque je ne pars pas. Mais je vais faire des conneries !

Je regardais sur Google, et j’ai fait sans le savoir une recherche extrêmement rare qui ne m’a craché que quatre pauvres résultat.

4

Jean-Ferdinand Kueffstein

http://www.google.fr/search?hl=fr&safe=off&q=%22Jean-Ferdinand+Kueffstein%22&oq=%22Jean-Ferdinand+Kueffstein%22&aq=f&aqi=&aql=&gs_sm=e

Dans ces résultats, je compte trois Wikipédia qui se sourcent TOUTES à l’unique… source :

http://www.deux.fr/encyclopedie/Homoncule_(alchimie)#Le_comte_Jean-Ferdinand_Kueffstein

Ainsi Google ne m’aidera pas à en savoir davantage sur mon poto Jean-F.

Essayons sur Bing, puisqu’ils viennent de déclarer une perte de 2,53 millards de dollars. 36 résultats.

36

Mhhh…

http://www.google.fr/search?hl=fr&safe=off&q=johann+ferdinand+kuefstein&oq=johann+ferdinand+kuefstein&aq=f&aqi=&aql=&gs_sm=e

Ah ben c’est mieux là !

Enfin peut-être que c’est plus grave que ça :

J’ai demandé à Google de traduire « homoncule » en anglais, il m’a répondu « manikin », qui est en fait le mot pour mannequin anatomique, tu sais, le squelette du docteur ?

Le moteur de recherche n’y est certes pour rien. Les amerloques, même les moins cons, ne savent pas ce qu’est un homoncule. Ils disent homonculus, mot bien sûr savant donc latin, que l’on a francisé faisant balancer culus pour cule. C’est au passage d’une perfidie sans nom. Alors soit les sages de l’époque appliquaient froidement les règles du bon art de l’arithmétique, pour décréter que les mots savants latins doivent non plus s’écrire « lus » à la fin mais « le » en français savant, soit ils avaient du salace, à coup de chansons paillardes élaborées entre potos, Les Compagnons de la Soif, et qu’ils arrivaient, avec toujours un délice plus fort et des crises de rires plus grandes, à faire passer en douce dans la tradition musicale contestataire.

Si je comprends bien mon raisonnement, soit le français est une langue prétentieuse au possible, soit il y a des génies en action quelque part, là, pas loin,  à 1h39 le mardi 2 août 2011.

Ou soit peut-être encore que Google n’est pas savant et qu’il n’est pas foutu de traduire du français saaavant en engliche. Nous les Froncés on a tout chouravé, tous les termes latins  aux autres langues, et surtout à l’anglais, cette bêcheuse.

Le scientifique français doit s’évertuer tous les jours à baptiser un terme en latin qui désigne un nouveau concept. « Danslcululus », devient par magie le concept « Danslculule » qui déploie outrancièrement (et donc prétentieusement) le doute quant à l’origine dudit concept.

Soit c’est français, soit c’est PAS français.

T’es français ?