Archives

Archives pour mars, 2011

Laisser passer, laisser aller

C’est drôle, je me croyais dans une impasse musicale, et je viens encore de découvrir du tout neuf. Cela me rassure parfois un peu.

Je viens d’avoir une pseudo idée poker. Organiser un tournoi régulier à une condition que n’accepteraient jamais les rooms. Je me la garde pour ne pas non plus divulguer une excellente idée et me la faire voler. Une vraie exclusivité. Il me suffirait de me trouver un partenaire loufoque assez fou. Mais le plus réaliste, c’est que ce partenaire ça sera moi. Economie de charge.

Entends la musique, ne l’écoute pas

ouioui toi là. Entends.Des sons noyés, lointains, imperceptibles. Ouvre tes oreilles et entends. Ces nuances, ces détails dévoilent la possibilité d’une autre musique, plus vaste, un univers dont nous n’avons qu’une fruste et vulgaire projection perceptible. Je propose d’entendre ma musique. Elles est très proche de moi. Je suis rassuré quand j’apprends qu’unetelle a compris tout simplement mon message. Je déplore bien sûr que ces occasions furent rares !

Politique

Je viens de lire qu’un porte-avions près du Japon s’appelait le Ronald Reagan, et je me demandais quel gouvernement avait décidé de son nom. Ce n’est pas que Reagan était un mauvais président, mais clairement un mauvais acteur de droite. Je me suis donc dit que ce devait être un président démocrate qui a fait ce soit-disant bon choix pour se rallier les suffrages républicains. Je n’ai pas poussé mes recherches, mais je dirais que c’est Clinton qui a décidé de cette nomination.

Est-ce que tu as aimé Vercingétorix : La Légende du druide ? J’avoue que non, pas encore pour ma part, mais j’ai hâte ! J’ai tellement lu de mauvaises revues que je n’en peux plus !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vercing%C3%A9torix_:_la_l%C3%A9gende_du_druide_roi

Il paraît que le film est tellement ennuyeux et impossible à suivre qu’un personnage meurt deux fois ! Je ne résiste pas à l’envie de coller un des dialogues :

L’Archidruide Guttuart à Vercingétorix : «Le bien n’engendre pas la force, le mal non plus. Mais le mal appartient à ce monde des conflits humains dont on est tous prisonniers. C’est là le véritable piège.» Réponse de Vercingétorix : «Tes propos incompréhensibles ne m’aident pas».

Cricri prend les devants et annonce qu’il ne comprend rien au film non plus. Je m’en souviens, et ce n’est cette fois pas une blague, il a dit à la télé à l’époque de la sortie de l' »oeuvre », je cite, on a eu un problème de budget, c’est pour ça que le film est si… décevant. C’est effectivement une annonce tout à son honneur, il reporte la faute sur le réalisateur. Tiens, ça me revient, il a dit à propos de Highlander 2 qu’il était dégoûté car il était contractuellement tenu de faire cette suite insipide. Une fois de plus donc, ce n’est pas sa faute.

Cricri a pas de bol.

Et une critique pour conlure :

If you are a cinema student, you might want to see this movie just to get what you should never do. If you are interested in bad movie experiments, don’t miss it either (it’s a cult movie for many people for that very reason). If you’re just a normal person, don’t lose 3 hours of your life. The first hour is very funny but the 2 following ones are long.

Ca me fait trop envie !!! Le plus dingue peut-être est que ce film est partagé sur le réseau torrent.

Si j’étais de mauvais goût, je crierais…

…Godzilla !!!!!!!!!!!!!!!

Une centrale nucléaire a explosé

C’est tout simplement mon quotidien à moi.

Non, sans rire, cela va jouer en faveur de Khadafi. C’est une catastrophe de grande ampleur et j’ai mis un peu de temps à en prendre conscience. Et il y en a que cela arrange. Et je déteste ces personnes car je ne tolère ce rabaissement de l’homme en illustrant ce qu’il a de plus fruste.

Mais je me trompe peut-être, la diplomatie européenne est déjà trop mouillée pour oublier et le laisser en place.

Est-ce que tu crois que la musique est inclue dans la société, qu’elle en est le fruit ? Pas moi. J’aimerais pouvoir animer une émission d’une heure à 4 heures du matin tous les dimanches matin, et conserver ce créneau comme une première spécificité du show.

Tiens, je viens d’avoir une idée tellement bonne que j’hésite preque à la partager. Sauf que je n’hésite pas en fait car je suis trop tenté et je me sais plein d’idées. L’idée est d’ajouter une couche de couch surfing sur le site de voyage. Tu tiens ton blog de tour du monde, tu trouves dans les pays où tu vas des personnes pour t’héberger à l’oeil, et tu partages ton expérience. Oui, pourquoi pas, mais ça va me faire du boulot…

Tu connais quelqu’un qui a fait l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris ? Non ? Mais si, imagine la couverture d’un guide du Routard. Tu vois le gars ? Lui il sort de l’ESCP. Quel génie du marketing. En plus il est l’auteur de ses guides.  Après tout, savoir si un guide est objectif ou non n’est pas le plus important. L’important c’est d’avoir passé un bon moment comme on n’imaginait pas. On va dire que tous les endroits décrits sont plus ou moins frais mais comestibles. Le gars qui a deux trois chambres sur la plage, du jour qu’il se fait repérer par un type qui connaît quelqu’un qui vend des infos à un enquêteur du guide, sa vie bascule dès lors son référencement comme l’endroit sympa the place to be. Ce flux de touristes va tout casser et finir par le tuer d’épuisement. Et ces touristes ne sauront jamais qu’il y avait un accord obscur entre le guide et le gars. Et bien sûr, ce sont les guides qui font les succès et les échecs des restaurants et hôtels à l’autre bout du monde. Heureusement, le leader des guides est à la base franchouillard. Mais il n’est selon moi pas à exclure qu’une uniformisation internationale ne se forme petit à petit sur les guides de voyage. Et là, vraiment les guides seront tout puissants et feront le chaud et le froid. En attendant, je pense que préparer un chambre d’amis dans l’objectif de la couchsurfer et de voir du monde, ça me plaît ! Bon, là, ce n’est pas trop le moment puisque le bureau doit se transformer en une chambre d’enfant. Mais le prochain 4 pièces qu’on a, je m’en rappellerai.

L’autre jour je feuilletais un magazine pour les filles qui ont un bébé. Un article dont je ne me rappelle pas exactement du sujet si ce n’est qu’il traitait d’allaitement, sujet éminemment féminin et lénifiant pour nous les hommes, était illustré par une photo d’une femme les sein découverts avec un nourrisson dans le creux de chaque main, prête à lui tendre le, pardon les mamelons. Selon toute vraisemblance, le magazine n’a pas pris cette photo en studio mais a simplement acquis les droits de diffusion pour cette image. Donc, derrière ce cliché se cache un photographe, un homme, qui, un matin s’est réveillé avec la bonne idée de faire un shoot avec une femme, ses seins et deux enfants jumeaux. Je ne résiste pas à l’idée d’imaginer la sotte vie de cet artiste insignifiant, condamné à faire le zombie dans les maternités pour tâcher de tomber sur sa proie de prédilection et de ses deux dégénérescences placentaires. Le tout pour gagner de l’argent et payer le resto à bobonne. La boucle est bouclée, cet article, si je ne m’en souviens plus, c’est sans doute car je ne lui ai trouvé strictement aucun crédit. Et je ne parle pas de l’auteure de ladite page qui a choisi sciemment cette photo car elle a pas eu de gosses et qu’elle fantasme sur la grossesse, ce qui la rend si indispensable au mensuel.

C’est fou que des gens se plaignent de ne pas avoir d’idées alors que moi je n’ai que cela. Je pense qu’ils se trompent et qu’ils en ont, et que pour ma part je suis dans cette moyenne également. Mais à trop regarder la télé et ses programmes de remplissage de grille, on se sent mécaniquement un peu plus intelligent à chaque minute d’exposition directe, alors que sans doute c’est le processus inverse qui est sournoisement déjà en  oeuvre.

amusant

Cette fois je n’y ai pas pensé, plus pensé. Un poids en moins.

Incroyable, je pense à la scène du film où Buster Keaton se prend un pan de mur sur la tête, mais ne s’en rend même pas compte et en sort indemne. Je pense donc à cette scène, et là juste à la télé je la vois dans un reportage sur la crise financière !

AH ce terry ce que…

Astérix est accroc à la cervoise. Il est agressif et n’arrête pas de dire des grivoiseries quand il voit passer une femme du village. Même la femme du chef en prend pour son grade. Dans ses moments extrêmes de biture, il va même jusqu’à traiter Obélix de gros. Là, ce dernier n’en peut plus, et va demander de l’aide au conseil du village. Le barde propose une séance de musicothérapie sans trop de succès. Le forgeron Cétautomatix propose de le prendre comme apprenti, cela fait rire Ordralfabétix qui propose en rigolant de le prendre comme vendeur de poisson. S’en suit une engueulade générale jusqu’à ce que le chef Abraracourcix fasse le silence et demande au druide ce qu’il faut faire. On voit d’ailleurs un espion romain écouter tout ce qui se dit. Il s’appelle Détritus. Il s’intéresse à cette herbe aux propriétés étonnantes qui font d’un abruti un gentil.

Pour le druide, il n’y a pas 36 solutions. Il faut prescrire un traitement à base d’une herbe médicinale qui ne pousse que près de la ville d’Aemstelredam dans le nord. Cette herbe ne doit être récoltée que par une blonde. donc bien sûr Falbala. Obélix l’accompagnera pour la protéger. Ils quittent le lendemain le village en route pour Aemstelredam. Le voyage se passe bien, ils passent ensemble des nuits folles, toujours sous la surveillance de Détritus qui n’en peut plus et a chaque soir une gaule à s’assomer avec.

Un soir Falbala se fait enlever par Détritus et savoure avec lui quelques nuits sous le sigle de l’amour à la gauloise. Obélix est furieux et se défoule en taillant des menhirs. Obélix, par dépit et car il a une mission, trouve l’herbe recherchée, en coupe deux-trois arbres, se les met sous le bras et rentre au village. A son retour, Astérix apprend l’histoire d’Obélix, et l’engueule pour lui avoir caché sa mission. Là intervient le druide qui demande à Astérix très simplement de prendre de son herbe et d’en fumer un moment. Astérix s’exécute interloqué, et prend alors subitement conscience de ses problèmes d’alcool et combien il a fait soufrir les femmes du village. Pour se racheter, il emmène Obélix à Aemstelredam ç la recherche de sa maîtresse favorite.

Arrivés à destination dans le quartier rouge, ils apprennent que Falbala a été prostituée par un romain pour gagner suffisamment d’argent pour se payer une augmentation mammaire à Lutèce. Ils font donc demi-tour, et se rendent à Lutèce. En chemin, Obélix en peut plus et veut se soulager sexuellement car il a pas tiré son coup depuis que Falbala a disparu et il a le braquemare dur comme un menhir. Ils croisent un romain, Saugrenus, qui veut acheter le menhir. Ca tombe bien, Obélix avait besoin de blé pour se payer une coquine. Astérix fait une rechute de connerie, mais heureusement ça passe grâce à la fumette. Il en donne à Obélix après une petite brouille, il ne sait tout d’un coup plus qui il est il prend Idéfix pour Falbala.

Ils font tous les bordels de la ville à la recherche d’une trace de Falbala. Le huitième jour, ils font leur trente-huitième et dernier bordel et sont sur les rotules. Pas une trace. Ils ont juste appris qu’elle aurait pu peut-être se teindre les cheveux et partir loin en orient. Là ils colèrent et décident que cette recherche est naze et qu’elle n’a pas envie qu’on la rerouve.

Bon, je sèche un peu là, je vais devoir relire tous les albums pour trouver plus d’inspiration !

Il s’est gâté la main aux anis

C’est dans quel film ?

Et si cette semaine je…

… jouais bien au poker ? A la partie de jeudi prochain, je vais jouer comme si j’étais Gus Hansen.

Je vais faire le travail de tout comédien et imiter the great Dane, du moins dans la stratégie de jeu que j’ai pu comprendre de lui. Avant je dois faire un crochet au distributeur pour avoir dans les poches la profondeur de mes prétentions.

Je vais tellement agresser la table que je vais les rendre fous. Je vais jouer mes 500 premiers euros comme ça (cave 10 euros, blinds 0,25/0,25) et je serai le seul gagnant bien sûr. Je vais relancer comme un damné tous les coups, pot pot et repot. Je finirai en duel avec le gambleur de la table, Sir Mo, toujours prêt à jouer toute sa thune à pile ou face, à griller son dernier billet mais en jouant toujours aussi fort.

Son jeu est intéressant en cela. Tout le monde sait qu’il n’hésiterait pas à tout mettre quoi qu’il arrive. Donc de deux choses l’une. Soit tout le monde se couche et il emporte le pot sans montrer son jeu, soit un joueur va à tapis aussi, et là c’est du bingo avec 50% de chance de gagner et pas un pourcentage de plus. Et cela doit lui procurer beaucoup de bien quand il gagne, et quand il perd lui faire ressentir un certain fatalisme , rien à voir avec d’éventuelles erreurs de jugement. Non, quand il perd, ce n’est pas de sa faute, c’est le sort qui en a décidé ainsi… Mon coco, jeudi tu vas rencontrer ton jumeau, mais ça ne va pas sympathiser.

Allez on va dire que demain je joue le personnage de Mo, c’est presque plus ambitieux. Zob !

Savais-tu que Pablo Escobar avait fait changé la constitution de la Colombie grâce à son réseau d’influence et à son argent de la drogue ?

Revue de presse

Je me demandais ce soir ce que pensaient de nous les chinois, comme ça, bêtement. Et puis je suis tombé sur cet article :

Over ten years ago, Microsoft gave Internet Explorer 6 to the world… and now they’re doing their damnedest to kill it off once and for good, having just launched a new website that is dedicated to tracking IE6’s dwindling market share and encouraging users to upgrade to a more modern browser.

For those of us who have railed against IE6’s ubiquity for years, it’s all a bit rich. Microsoft fought hard to make Internet Explorer 6 — a notoriously insecure, buggy browser even at launch, and one with a frank and callous disregard for web standards — as predominant as it is.

That strategy was to Microsoft’s benefit back in the browser wars of the earlier part of last decade, but now, IE6’s dominance has proven to be a nightmare for Microsoft. Microsoft spends millions per year trying to address IE6 security vulnerabilities: the legacy browser, to this day, is responsible for a shocking amount of malware and exploits. What was once IE6’s greatest strength — total market dominance — is now its greatest curse, as Microsoft struggles to leave the browser behind.

Right now, IE6 is still the browser used by 12 percent of all users worldwide. In the US, that number’s under 3 percent, but in China, for example, IE6 runs on almost 35% of all machines.

Microsoft’s attempt to raise awareness and get people to upgrade is certainly welcome. Almost everyone wants to see IE6 die at this point. The problem is that a lot of users still using IE6 have no choice but to use it: a shocking number of intranet sites still won’t run on any other browser but IE6.

Also curious is the fact that Microsoft’s new site, IE6Countdown.com, is encouraging users to upgrade to Internet Explorer 8… a two year old browser with security vulnerabilities of its own. Internet Explorer 9 will soon be here, but it doesn’t support Windows XP… meaning that Microsoft is endorsing users to upgrade from one buggy, insecure, out-of-date browser to another buggy, insecure, out-of-date browser. Yeesh.

Read more at IE6Countdown

Ce qui m’a plu dans cet article c’est ce passage bien sûr :

Right now, IE6 is still the browser used by 12 percent of all users worldwide. In the US, that number’s under 3 percent, but in China, for example, IE6 runs on almost 35% of all machines.

Les chinois doivent nous maudire pour ce navigateur qui n’est qu’un misérable fossile chez nous. Pauvres chinois…

Est-ce que tu sais comment utiliser un chameau mort pour survivre dans le désert profond ?

Man versus wild, c’est lui le grand chef. Il se délecte à bouffer littéralement n’importe quoi au sens extrêmement large du terme. Un scorpion, crunch, un scrarabé, gloubs, une couille de chèvre chaude, miam. Bon la couille ça l’a fait gerber quand même, ce n’est qu’un homme. Et il va de mal en pis quand il gerbe sévère après avoir goûté un lambeau al dente de gras d’une carcasse de chameau encore chaude.Il est poête quand il cherche les mots pour décrire le goût d’un insecte peu ragoutant.

– Ca a le goût d’une crevette qui a trempé dans du fromage. Pendant mille ans.

Sérieux, c’est juste un pervers. Personne n’a besoin de savoir par prévention comment trouver de l’eau quand on est dans le désert avec un dromadaire mort? Facile, tu lui fends la panse et tu essores ce qu’il y a dedans.

Il suffisait de le savoir.

Tiens, j’ai redécouvert un morceau de la playlist de la page. Je crois que je ne l’avais jamais écouté depuis que je l’ai enregistré, euh, en 2001. Et depuis je n’ai plus rien fait. Ca fait drôle quand j’y pense, mais c’est comme ça probablement sans trop de regret. Je vais de ce pas scanner mes albums et mettre ma muisque à disposition de manière plus visible.


Nooooo!

Faut pas me faire des fausses joies !!!!

http://www.showbizz.net/stars/dementi-phil-collins-ne-prendrait-pas-sa-retraite-74526.html

Projet BD

Un copain m’a mis dans la tête il y a quelques mois l’idée d’un projet qui me plaît bien. Partir d’une collection de bandes dessinées et fabriquer un nouvel album non validé par l’auteur. Cela a déjà été fait à ma connaissance pour Tintin, on appelle cela les « Tintins Pirates ». La commercialisation d’un « remix original » est interdite sans l’accord des héritiers, mais on ne va pas s’arrêter à cela bien sûr. Nous, on veut faire un Astérix pirate. On a tous les albums scannés et un embryon de scénario, on a une liste de noms pour les protagonistes de l’histoire. Je ne vais pas détailler le synopsis. Je vais par contre tenter en direct live d’écrire un scénario tout neuf.

YES!

http://www.voici.fr/potins-people/les-potins-du-jour/phil-collins-prend-sa-retraite-397584

Comme une odeur de sapin

Bon! Il est temps pour moi de passer à autre chose.

Bonne soirée.

Tu connais pas ?

http://www.youtube.com/watch?v=4DR_NMtBEj4

Ce n’est pas le clip mais j’adoooore cette chanson. De toute façon, il n’y a pas de clip, c’est un obscur groupe qui l’a composé. Ils auraient mérité de vraiment percer. Malheureusement ils ont boudé le festival de Woodstock pour se produire dans une autre ville avec un cachet plus important à la clé.

Bon l’une des chanteuses était Minnie Riperton quand même :

Celle-là aussi j’adore. La voix éthérée haut perchée, la présence de Minnie, la rythmique très seventies, le piano électrique indispensable, les riffs de guitare, les cuivres rares, les cordes bien longues. Je fonds. Et à revoir ce live, je trouve qu’en plus elle est très expressive quand elle chante.

Voilà une chanteuse qui transgresse la loi générale chez moi. Elle a transfiguré le genre en atteignant la perfection de son art. C’est sa conception de la musique, alors que moi je propose d’explorer les détails, la matière même qui fait la musique. Je ne cherche aucune perfection, je demande simplement à l’auditeur de tendre son oreille plus près, beaucoup plus près. Je l’implore de prendre en charge plus de ressources dans son cerveau, à partir de signaux bruts et élémentaires. Ma musique exige il est vrai de fournir bien plus d’efforts. C’est là toute la différence entre les langages web côté serveur et côté client. PHP et Javascript…

Mais peut-être que je me trompe de public. Je ne déteste pas la mauvaise musique classée comme telle. Je préfère mille fois subir une émission télé avec Sheila qui chante et danse sur son dernier hit dans les années 70, que de voir en concert live Céline Dion. Le choix entre les deux est simple, un concert ça dure bien plus longtemps qu’une seule chanson.

T’as une tsantsa chez toi ?

Je viens de remarquer que la publicité qui s’affiche sur Facebook en mode connecté, il est affiché les publicités suivantes : tarot, bridge, belote. Bon, c’est ce que j’ai rempli dans la rubrique loisir de mon profil. Force est de constater qu’on ne me propose plus de publicités sur le poker. Oui c’est une très petite victoire, mais c’est malgré tout une victoire.

Tiens, ça a pas mal vieilli ça !

Publicité

Ce n’est que bien plus tard après la période où cette mauvaise pub a irradié mes yeux et mes tympans, que j’ai appris que le mot « gringo » était très péjoratif en Amérique du Sud en général. Le gringo, c’est l’américain qui a du blé, qui laisse des pourboire, et qu’on peut facilement arnaquer et voler. Le gringo est riche, certes, mais le gringo est un animal de proie dans les pays où on l’appelle ainsi. Pauvre gringo.

Je préfère cette pub.